Le Blog

La Yegros : le live report !

C'est à base de Cumbia, dans une ambiance chaude et tropicale que Dj Cucurucho et La Yegros sont venus enflammer l'EMB le samedi 1er octobre. Au programme : un public plus que prêt à danser, des sonorités qui nous emmènent sous les cocotiers... Récit d'une soirée exotique !

 

L’affiche de ce soir est parfaite en ce début d’automne ensoleillé, ou dès 20h30 on se retrouve plongé dans une ambiance chaude et tropicale grâce au set de DJ Cucurucho. Espagnol de naissance mais globetrotter dans l’âme, il est habitué à parcourir le monde et à chauffer les salles pour des artistes tels que La Yegros.

 

Nous avons donc droit à 1h de sons tropicaux mixés comme il faut, faisant déjà chalouper le public venu voir Mariana Yegros, la Reine de la Nu Cumbia.

 

 

 

21h20, un trio de musiciens se présente sur scène (dans des tenues clairement inspirées de la culture d’Amérique Latine, mon coup de cœur allant pour les épaulettes style matador du percussionniste) pour nous créer une ambiance musicale envoutante, telle une invitation à nous promener dans une mystérieuse jungle sud-américaine.

 

La Reine de la soirée arrive peu après, vêtue et coiffée de manière très colorée, comme pour aller au carnaval de Gualeguaychu. On y est c’est sûr, l’ambiance est posée, on est parti pour se déhancher.

 

Elle est venue ce soir nous présenter avec son groupe (Nico à l’accordéon et aux claviers, David à la guitare et Gabriel Eduardo dit Osty aux percussions) son nouvel album, « Magnetismo », moins de 3 ans après être venue nous présenter le premier, « Viene de mi », en janvier 2014.

 

Rythmes latinos mêlés à des sons électro, le mélange est détonnant et le public connaisseur, le groupe alternant anciens et nouveaux morceaux, prenant bien soin de rappeler que leurs disques sont disponibles à la fin du concert (pour le plus grand bonheur de certains spectateurs).

 

 

 

Malgré un show que l’on devine bien carré et huilé, on ressent la complicité et la bonne humeur de nos 4 compères sur scène, Mariana s’y sentant si bien qu’elle s’essaye plusieurs fois à nous parler en Français, comme lorsqu’elle annonce le morceau le plus romantique de la soirée « Vagar », issu de son premier album.

 

Au bout de 50mn, elle nous sort enfin le grand jeu avec l’incontournable « Viene de mi », (pendant lequel elle laisse même le micro à quelques spectateurs du premier rang pour qu’ils s’essayent au refrain), suivi de « Magnetismo », un nouveau morceau électro tout aussi entrainant durant lequel les musiciens se lâchent enfin.

 

 

 

 

Tout le monde saute, danse, on est à mi-concert, et on peut se dire que le meilleur est pour maintenant, surtout lorsqu’un invité surprise débarque. Portant un masque blanc surmonté d’un bonnet péruvien aux pompons multicolores, il se joint au groupe avec un mélodica pour participer à un nouveau morceau intitulé « Dejate Llevar ». Il s’agit en fait du mystérieux King Coya (grand producteur argentin, et notamment des 2 albums de La Yegros) qui fait le show le temps du morceau avant de repartir comme il est venu.

 

S’en suivent encore quelques morceaux variés, pour un public conquis, et puis ça y est on nous annonce la fin du concert…, déjà…, mais non car il y a le rappel bien sûr !

 

Un rappel de 3 titres, ou le public chaud bouillant danse, chante, ou tout le monde est à la fête et pour lequel Mariana revient vêtue d’un improbable haut poilu jaune fluo, lui couvrant le haut du corps et la tête, tout droit inspiré d’un Pikachu tout poilu.

 

Il est maintenant 22h50, ce coup-ci c’est vraiment fini, et c’est vraiment dommage car après un démarrage progressif, la fin de leur prestation était enivrante.

 

Mais la soirée n’est pas finie pour autant, car DJ Cucurucho revient pour un set à la durée indéterminée, prolongeant ainsi cette belle soirée musicale de la meilleure des manières.

 

 

 

 

Live Report réalisé par Arnold PIJOT

ajouté par La Com'

commentaire

Tous les articles