S'abonner à flux flux actualité professionelles IRMA
Mis à jour : il y a 32 min

Les maux du musicien

mar, 10/16/2018 - 19:04

De l'acouphène au burn-out, la santé du musicien pose question. Ces maux, qui ont récemment fait l'objet de plusieurs articles de presse et études, est devenu un enjeu majeur pour la création musicale.

Quand la musique devient souffrance, titrait Brice Bossavie dans Libération le 5 octobre, évoquant la situation d'acouphène et sa « douleur fantôme » dans laquelle se retrouvent des stars renommés (Bono, Noel Gallagher, Phil Collins, Ozzy Osbourne) comme des milliers de musiciens plus anonymes.

Quand la musique devient souffrance

C'est sans doute le mal le plus handicapant pour un musicien : l'acouphène, ce sifflement continu dans l'oreille. Aujourd'hui, le milieu prend de plus en plus conscience des dangers liés au son. Témoignages.

Si l'article évoque la façon « d'aller de l'avant » malgré ce mal, il n'est pas inutile de compléter par une documentation sur la Théorie sonore fréquentielle, un procédé de séquences sonores qui diminue l'activité électrique des cellules nerveuses responsables des acouphènes.

Thérapie Sonore Fréquentielle, traitement anti acouphènes

Parmi les thérapies sonores existantes, la Thérapie Sonore Fréquentielle (TSF), mise au point par le musicothérapeute spécialiste des acouphènes Philippe Barraqué, apporte une solution pérenne aux patients atteints d'acouphènes récents ou non.

Toujours dans Libération, Charline Lecarpentier s'est penché sur la santé mentale des artistes, notamment celle des artistes électro « jet-lagués, au confort de vie à ras du sol, qui bourlinguent d'un festival à l'autre en priant pour que leurs précieuses et capricieuses machines surgissent sur le tapis des bagages sans s'être perdues dans le circuit de l'aéroport. »

Le travail, c'est les synthés

De la Canadienne Marie Davidson au duo anglais The KVB, deux albums narrent la détresse psychologique qui guette les artistes au bord du burn-out.

Physiques ou psychologies, les maux du musicien ont fait l'objet d'une conférence en mai 2017 dont les actes ont été publiés en février dernier. Les débats avaient réuni des professionnels de santé spécialisés, des artistes, des organisateurs de concerts et de festivals et avaient permis de présenter des travaux de recherche scientifique sur la santé du musicien dans son environnement professionnel et lors du processus de création.

Actes du colloque sur la santé du musicien dans les musiques actuelles

Ces actes présentent les résultats de travaux de recherches portant sur les conditions de voyage, le rythme des tournées, le sommeil, les contraintes physiques d'un concert, l'amplification médiatique, les comportements à risque, etc. L'autre grand volet de réflexion a concerné la place du corps dans l'activité musicale.

Semaine du 15 au 21 octobre

lun, 10/15/2018 - 12:56

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels (salon, rencontre, AG…), les dates limites des aides à la filière (subvention, crédit, bourse) et des appels à candidatures pour les artistes (tremplin, concours).

RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET
ET ACTUALISÉ EN CONTINU


15 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux musiques actuelles en Centre - Val de Loire
Région Centre - Val de Loire / DRAC Centre - Val de Loire / CNV



15 OCTOBRE

RENCONTRE
Rencontre pro. sur le décret Niveaux sonores
Lille



15 OCTOBRE

RENCONTRE
La filière / des filières : Hip Hop
Strasbourg / Fédération Hiéro



15 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux documentaires et adaptations audiovisuelles de spectacles
CNC



15 OCTOBRE

SHOWCASE INTERNATIONAL (date limite de candidature)
Ment Ljubljana
Ljubljana (Slovénie)



15 OCTOBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Profession Culture 2019
Ministère de la Culture



16 OCTOBRE

RENCONTRE
Musique & Innovation
Quimper



16 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux festivals
FCM



16 OCTOBRE

RENCONTRE
Rencontre pro. avec Christian de Tarlé (EPM Musique)
Paris / ACP



17 - 21 OCTOBRE

CONVENTION
Amsterdam Dance Event
Amsterdam (Pays-Bas)



17 OCTOBRE

CÉRÉMONIE
Young Audiences Music Awards 2018
Santiago de Compostel (Espagne)



17 - 19 OCTOBRE

CONVENTION
MaMA Convention
Paris



17 OCTOBRE

ANNIVERSAIRE
25 ans de la Pépinière du Krakatoa
Mérignac (33)



18 OCTOBRE - 12 NOVEMBRE

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (ouverture des candidatures)
Les Inouïs du Printemps de Bourges
France entière / Réseau Printemps



18 OCTOBRE

RENCONTRE
Les dynamiques musicales en Grand Est
Reims / Grands Formats



18 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide à la création
SPPF



18 OCTOBRE

RENCONTRE
Comment devenir professeur de musique en conservatoire ?
Paris / Philharmonie



19 OCTOBRE

JOURNÉE D'INFORMATION
Décret Sons amplifiés
Sélestat / Agi-Son



19 OCTOBRE

COLLOQUE
Les droits culturels fondamentaux dans l'ordre juridique de l'Union Européenne
Nantes



19 OCTOBRE

DÉBAT
Quelle capacité de coopération pour les festivals en région ?
Bordeaux / France Festivals - OARA



20 - 22 OCTOBRE

SALON
Sound Days / Audio Video Show
Paris



20 OCTOBRE

CONFÉRENCE & DÉMO
Vocal Grammatics
Dijon / La Vapeur



20 OCTOBRE

ATELIER
Diffuser sa musique en ligne
Reims / Cartonnerie



20 OCTOBRE

RENCONTRE
Journée science et musique
Rennes



20 OCTOBRE

BOURSE (date limite de candidature)
Bourse de Campagnonnage FAMDT/ADAMI




21 OCTOBRE

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Sony Music Talent Factory




En cours - jusqu'au 24 OCTOBRE

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Prix Société Ricard Live Music




En cours - jusqu'au 31 OCTOBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Talents Adami Jazz
Adami



RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Les Etats-Unis se dotent d'une nouvelle loi sur le droit d'auteur

jeu, 10/11/2018 - 18:18

Le Président Trump vient d'apposer sa signature, dans le bureau ovale, sur un document qui devrait transformer le secteur de la musique aux Etats-Unis de façon significative pour une génération : le Music Modernisation Act (MMA), couvrant un large éventail des droits musicaux, va désormais devenir loi.

Par Emmanuel Legrand

Le MMA avait été approuvée à l'unanimité du Sénat le 12 septembre, après un vote 415-0 à la Chambre de Représentants début juillet. Dans la foulée, la Chambre a approuvé une semaine plus tard le texte modifié par le Sénat. Le passage par la Maison Blanche n'était plus qu'une formalité pour qu'il soit ratifié par le Président.

Pour le Sénateur Lamar Alexander, il ne s'agit pas moins « du plus important texte législatif depuis une génération » pour les auteurs, compositeurs, éditeurs de musique, sociétés de gestion collectives, interprètes, labels et “producers” (au sens Américain du producteur artistique). En effet, la précédente loi, dite Digital Millenium Copyright Act (DMCA), date de 1998, sous l'ère Clinton, avant que n'existent Napster, YouTube, et autres Spotify.

Ce résultat, qui semble simple et sans embuches, n'a pas été un long fleuve tranquille. C'est le fruit de plus de trois ans de discussions entre les créateurs, l'industrie de la musique, et un certain nombre de législateurs influents, en particulier le très puissant Président de la commission juridique de la Chambre des Représentants, Bob Goodlatte

Réconcilier Hollywood et la Silicon Valley

Aux Etats-Unis, les questions de droits d'auteurs ou de copyright sont considérées bi-partisanes, car elles transcendent les lignes politiques des deux principaux partis. Les lignes de fracture sur ces sujets sont davantage liées aux circonscriptions qu'au choix partisans. Un représentant Démocrate du Nord de la Californie sera en désaccord profond sur les questions de copyright avec son collègue Démocrate du Sud de la Californie, l'un représentant la Silicon Valley et l'autre Hollywood. En revanche un Démocrate de New York peut bien s'entendre et fonctionner en tandem avec un Républicain d'Atlanta sur ces questions.

Avant d'obtenir ce succès au Congrès – combien de lois passent à l'unanimité des deux chambres en cette période de polarisation politique exceptionnelle ? – l'industrie de la musique a du s'entendre sur les domaines d'intervention du législateur et tenter de présenter un front uni. « Mettez-vous d'accord entre vous avant qu'on fasse quoi que ce soit ! » avait un jour dit un influent membre du Congrès à des représentants du secteur. Puis, Bob Goodlatte a aussi cherché des points de convergences entre l'industrie de la musique et son “opposition” (plateformes numériques, radio terrestre ou satellitaires).

Dans la pratique, le MMA renforcera les droits des créateurs et de l'industrie sur les points suivants : • Permettre aux auteurs et compositeurs, et les sociétés qui les représentent, d'avoir des taux de royautés fixés non pas sur l'arbitraire de juges, mais basés en fonction du marché et prenant en compte un ensemble de paramètres plus large qu'auparavant, • Régler une fois pour toute la question des droits mécaniques en créant une nouvelle société de gestion collective qui octroiera des licences d'exploitation et administrera les droits qui en découlent, • Accorder aux artistes ayant produits des enregistrements datant d'avant 1972 de toucher des droits (équivalent à la rémunération équitable en France) lorsque leur musique est jouée sur les radios en ligne ou satellitaires, • Accorder aux “music producers” (producteurs artistiques) et aux ingénieurs du son des royautés lorsque les enregistrements auxquels ils ont contribué sont joués par les radio en ligne et satellitaires.

Une longue négociation de compromis et d'opportunités

« Ce fut un exercice compliqué » a admis le Sénateur Alexander le jour du passage de la loi au Sénat assurant que « une heure avant [la fin des débats], nous n'étions pas surs que cela pourrait passer ». Jusqu'à la dernière minute, les lobbyistes de part et d'autre sont restés à la manœuvre pour tenter d'arracher un accord avec le bouquet de radios satellitaires SiriusXM, dont l'opposition à certains aspects de la loi risquait de faire dérailler l'ensemble du projet. Au final, SiriusXM a obtenu des concessions significatives (pas de changement du barème de fixation des droits d'auteurs jusqu'en 2027).

« Ce compromis permet a SiriusXM, aux artistes et aux labels de bénéficier de plusieurs années de certitude économique, tout en créant une forme de parité entre plate-formes et une juste concurrence » explique Mitch Glazier, Président de la RIAA, le Snep américain. « A la fin de ce cycle, nous passerons à un système de fixation des barèmes de rémunération basé sur des standards définis par le marché ».

Pareillement, le MMA a obtenu le soutien de DiMA, l'association qui regroupe les principales plate-formes numériques de diffusion musicale (Spotify, Amazon Music, Apple Music, Tidal, etc). En effet, une des dispositions de la loi va permettre de régler l'épineux problème des droits mécaniques, qui empoisonne la vie économique des services en ligne car elle est source de procès coûteux et à répétition (le dernier en date voit un éditeur de musique poursuivre Spotify pour… 1,6 milliards de dollars).

Comme le souligne Chris Harrison, patron de la Digital Media Association (DiMA), le passage du MMA « démontre qu'avec un leadership bi-partisan et une industrie musicale unie et tournée vers l'avenir, tout le monde y gagne : les consommateurs, les créateurs et les détenteurs de droits ».

Les portées concrètes

Le MMA est en fait un composite de plusieurs lois qui ont été packagées ensemble afin de garantir leur passage. Cette loi couvre plusieurs thématiques et tente de répondre à différents problèmes rencontrés par le secteur.

Le Music Modernisation Act (H.R. 1551) comprend donc les dispositions suivantes :
  • Musical Works Modernization Act

C'est le paquet le plus important du MMA. Il tente de régler une fois pour toutes les problèmes liés aux droits mécaniques, source de confusion pour les ayants-droit mais aussi de procédures judiciaires à l'encontre des plateformes numériques. La loi créée une licence légale pour le droit mécaniques (auparavant soumis aux licences individuelles des ayants-droit, ou via l'agence de gestion des droits mécaniques HFA). La licence légale permettra aux services de musique numériques de pouvoir utiliser le répertoire disponible sans crainte de procès. Les taux de licence seront négociés selon les critères du marché sur la base dite du “willing buyer/willing seller” (acheteur consentant / vendeur consentant).

Pour accorder les licences et administrer les droits qui en découlent, la loi prévoit la création d'une société de gestion collective dite Mechanical License Collective (MLP) qui sera appointée par le Bureau du Droit d'Auteur (Copyright Office) et qui aura également la tâche de collecter les droits perçus auprès des utilisateurs de musique, et de distribuer aux ayants-droit les royautés afférentes (les droits générés par les œuvres non-identifiées seront conservés pendant trois ans puis répartis selon des critères liées aux parts de marché des éditeurs).
MLP sera aussi chargée de constituer et de maintenir une base de données des œuvres musicales.

Une des nouveautés de MLP, c'est qu'en sus des éditeurs de musique — qui, historiquement, géraient en direct les droits mécaniques — les auteurs/compositeurs seront désormais associés à la gestion de l'outil, avec des sièges au conseil d'administration.

Les grandes manœuvres ont déjà commencé autour de MLP avec plusieurs prétendants à la gestion de l'outil, de l'ancienne HFA, qui ne veut pas voir partir son gâteau en passant par SoundExchange, la société de droits voisins, qui est aussi propriétaire de l'agence de droits mécaniques Canadienne CMRRA, ou encore de la SOCAN canadienne, qui vient de fusionner avec la société de droits mécaniques québécoise SODRAC.

  • CLASSICS Act
    Compensating Legacy Artists for Their Songs, Service, and Important Contributions to Society Act

Le CLASSICS Act introduit un nouveau droit fédéral exclusif pour les enregistrements sonores fixés avant le 15 février 1972, qui ne sont actuellement pas protégés par la loi fédérale sur les droits d'auteur. Cette nouvelle disposition permettra aux artistes ayant effectué des enregistrements avant 1972 de toucher des droits voisins sur l'utilisation de leurs œuvres sur les plateformes non-interactives (webcasting, radio satellitaire, radio par câble). La loi prévoit que 50% des droits perçus seront distribués directement aux artistes via SoundExchange.

La loi crée aussi une procédure permettant à toute personne de se livrer à une utilisation non commerciale d'enregistrements sonores antérieurs à 1972 qui ne sont pas encore dans le domaine public et qui ne sont pas exploités commercialement. La loi prévoit un calendrier graduel pour que les enregistrements sonores antérieurs à 1972 puissent entrer dans le domaine public, avec une durée minimale d'au moins 95 ans après leur publication.

  • AMP Act
    Allocation for Music Producers Act

En vertu de l'AMP Act, SoundExchange a la possibilité de recevoir des « lettres d'instruction » venant d'artistes-interprètes qui ont passé des accords avec des producteurs artistiques ou des ingénieurs du son qui prévoient une royauté liée à l'utilisation de leurs œuvres. Une fois la « lettre d'instruction » reçue d'un artiste-interprète, SoundExchange se chargera de répartir une partie des royautés affectées à cet artiste au profit du producer et de l'ingénieur du son qui ont participé à la réalisation de cet enregistrement sonore.

Au final, pour Chris Harrison, le MMA sera source de « plus grande transparence » et « permettra aux auteurs-compositeurs et ayants-droit de vérifier l'exactitude des paiements de leurs droits, tout en garantissant un fonctionnement efficace et rentable du Mechanical Licensing Collective ».
De son coté, Paul Williams, Président de la société d'auteurs ASCAP, souligne que le document de 180 pages « nous rapproche d'un cadre juridique pour la licence des droits musicaux qui reflète davantage la façon dont les gens écoutent la musique aujourd'hui. »

Veille d'actualités - Semaine 41

jeu, 10/11/2018 - 17:02

Cette semaine : SoundCloud change de modèle, Discogs tue le digging, comment écoute-t-on de la musique, les lauréats du Fair, l'handicap de l'acouphène, interview de Frédérick Rousseau (Ircam, Qwant Music), Believe poursuit ses acquisitions, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical.
Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :


SoundCloud change son modèle économique
Les Échos • Accès limité

Un an après avoir levé les 170M€ qui l'ont sauvé de la faillite et alors que Spotify s'ouvre en direct aux artistes, Soundcloud mise encore davantage sur les services à ses millions d'artistes indépendants.



Discogs est-il en train de tuer le digging ?
Les Inrocks • Accès libre

Point de rendez-vous virtuel incontournable des "diggers" de disques du monde entier, la plateforme en ligne Discogs est autant une mine d'informations encyclopédique qu'une machine à cash pour certains.



Où, quand et comment écoute-t-on de la musique ?
Irma • Accès libre

L'IFPI publie le panorama 2018 de la consommation de musique enregistrée dans le monde. Si les habitudes d'écoute sont relativement homogènes entre les pays, on note cependant quelques spécificités françaises.



Les artistes appellent à une rémunération juste et à plus de transparence en Europe
La Gam • Accès libre

Dans le cadre des négociations qui suivent le vote de la directive européenne sur le droit d'auteur, International Artist Organisation (IAO) appelle à une rémunération plus juste pour les artistes à l'ère du numérique.



Les lauréats du Fair 2019
Irma • Accès libre

À l'aube de ses 30 ans, le Fair a dévoilé les 15 artistes ou groupes de la sélection 2019 qui seront accompagnés tout au long de l'année.




Frédérick Rousseau, la musique globale
Rolling Stone • Accès libre

Fort d'une discographie parmi les plus impressionnantes de l'Hexagone, cet ingénieur du son et musicien a été sollicité par Vangelis, Jarre, Desplat et bien d'autres. Responsable valorisation industrielle et communautaire à l'Ircam, il évoque pour son dernier challenge pour Quant Music.



Quand la musique devient souffrance
Next Libération • Accès limité

C'est sans doute le mal le plus handicapant pour un musicien : l'acouphène, ce sifflement continu dans l'oreille. Aujourd'hui, le milieu prend de plus en plus conscience des dangers liés au son. Témoignages.


EN BREF

ARTISTE

BUSINESS

INNOVATION

POLITIQUE

MÉTIER

MEDIA

TERRITOIRE


(RE)PLAY

La revue de web de la semaine passée Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Où, quand et comment écoute-t-on de la musique ?

jeu, 10/11/2018 - 13:00

L'IFPI publie le panorama 2018 de la consommation de musique enregistrée dans le monde. Si les habitudes d'écoute sont relativement homogènes entre les pays, on note cependant quelques spécificités françaises.

Réalisée par AudienceNet, cette étude a interrogé 19.000 personnes dans les 18 principaux marchés de la musique enregistrée dans le monde.
Elle révèle que les consommateurs passent en moyenne 17,8 heures par semaine à écouter de la musique, soit 2,5 heures par jour, ce qui montre "à quel point la musique est étroitement liée à la vie du public dans le monde entier", selon Frances Moore, Chief Executive de l'IFPI.

L'étude s'intéresse plus particulièrement aux temps d'écoute qui se déroulent de manière conjointe à une autre activité : conduire, faire du sport, étudier… car ce n'est pas forcément durant les temps de détente à la maison que l'on lance le plus souvent une lecture (64% le font) mais lorsqu'on est en voiture (66% en voiture).

En France, nous écoutons toutefois un peu moins de musique enregistrée : 14,8 heures par semaine, soit 2,1 heures par jour.
Si nous en écoutons plus que la moyenne lorsque l'on se déplace (en voiture, dans les transports), nous ne le faisons moins en travaillant (34% contre 40% en moyenne à l'échelle mondiale) ou avant de s'endormir (13% se laissent bercer contre 19% à l'échelle mondiale).
Autre spécificité, près de 70% du public français écoutent de la variété française. Pourtant, cette particularité n'en est pas une car on retrouve ce phénomène d'attachement aux répertoires locaux au Mexique, au Japon, en Corée (62% écoutent de la K-Pop) et même en Pologne (28% écoutent du Disco Polo).
En dehors de ces répertoires, le pop/rock reste le genre majoritairement écouté (autour de 60%) devant l'électro (32%) et le hip hop (26%). À noter que 30% du public déclarent écouter le plus souvent des musiques de film ou de série.

Nous écoutons beaucoup de musique via nos smartphones, mais c'est un peu moins le cas en France (66% contre 75% à l'échelle mondiale) où nous passons également moins de ‘temps musicaux' sur nos portables (24% contre 27% à l'échelle mondiale). Les usages générationnels semblent toutefois différents sur ce point - la résistance des amplis ? - car les jeunes Français de 16 à 24 ans déclarent à 97% écouter de la musique sur leur smartphone, soit trois points de plus que la moyenne mondiale.

Le panorama établit deux focus intéressants :

  • Enceinte à commande vocale : l'utilisateur, jeune, écoutent plutôt du hip hop, de l'électro ou du jazz, a tendance à être abonné à un service de streaming payant, à avoir une platine et à être assidu aux concerts.
  • Réseaux sociaux : 35% des utilisateurs de WhatsApp partagent des liens musicaux, ce qui est également le cas pour 30% des utilisateurs de Facebook. Par ailleurs, 30% des consommateurs suivent des artistes sur les réseaux sociaux.

En matière de streaming, la France a largement adopté ces services mais reste loin derrière des pays où il représente plus des 3/4 des consommations (87% pour la Russie, 81% pour le Mexique, 77% pour le Brésil). Par ailleurs, les Français restent attachés à la radio : 92% l'écoute contre 86% à l'échelle mondiale, et le quart du temps passé y est consacré à la musique.

LA CONSOMMATION DE MUSIQUE DANS LE MONDE - IPFI 2018

Les lauréats du Fair 2019

mer, 10/10/2018 - 10:26

À l'aube de ses 30 ans, le Fair, fonds d'action et d'initiative rock, a profité de la #FairParty du 9 octobre au Café de la danse (Paris) pour dévoiler les 15 artistes ou groupes de la sélection 2019 qui seront accompagnés durant toute l'année.

Le Fair est le 1er dispositif de soutien de carrière et de professionnalisation en musiques actuelles. Crée en 1989, ce dispositif accompagne chaque année 15 groupes ou artistes dans l'ensemble de leurs démarches liées au développement de projet artistique et de carrière. Plus de 400 groupes et chanteurs ont bénéficié de cette aide : NTM, Lofofora, M, Ez3kiel, Renan Luce, Chassol, Rocky, Mina Tindle, Dionysos, IAM, Miossec, Philippe Katerine, Louise Attaque, The Do, Fauve ≠, Christine and the queens, Jain, Jeanne Added…

Les artistes sélectionnés en 2019 vont bénéficier d'un accompagnement par Le Fair et ses partenaires, dont l'IRMA qui les accueillera pour des séances de formation "sur mesure".

Julien Soulié (directeur du Fair) : « Ces 15 nouveaux lauréats constituent la 30ème sélection du fair : déjà 30 ans que des petites pousses s'épanouissent en même temps que le dispositif évolue. Et nous ne sommes pas peu fiers que ces dignes ambassadeurs-là, de la chanson, de la pop, de l'electro, et du rock, nous emmènent passer le cap de la trentaine. » La sélection Fair 2019

CHATON

FOÉ

HALO MAUD

KIDDY SMILE

LA CHICA

LESKA

MALIK DJOUDI

MNNQNS

ORÉ

PRAA

SUPERBRAVO

TERRENOIRE

TOUKAN TOUKÄN

TSHEGUE

VOYOU

Découvrez les lauréats Fair 2019

Le site du Fair

Participez aux iNOUïS du Printemps de Bourges

mar, 10/09/2018 - 12:38

Ouvert aux artistes et groupes de musiques actuelles non-signés, le dispositif national de repérage et de sélection de jeunes artistes en France lance son appel à candidatures du 18 octobre au 12 novembre.

Les iNOUïS du Printemps de Bourges s'appuie sur 28 antennes territoriales et enregistre plus de 3.500 candidatures chaque année à son dispositif. Une fois les sélections régionales puis nationale effectuées, une trentaine d'artistes ou de groupes se produira au Printemps de Bourges Crédit Mutuel 2019, lors de la Tournée des iNOUïS dans 6 grandes villes de France et bénéficiera d'un soutien à la professionnalisation via des formations et des résidences.

Les iNOUïS s'adresse à tous les groupes ou artistes, musiciens, compositeurs ou non dans le champ des musiques actuelles.

Sont exclus :

  • Les groupes ou artistes professionnalisés engagés par un contrat discographique (contrat d'artiste).
  • Les groupes ou artistes professionnalisés engagés par un producteur de spectacle d'envergure nationale, depuis plus de 1 an.
  • Les groupes ou artistes professionnalisés ayant plus de 6 ans d'existence sous cette forme ou ayant déjà existé sous la forme d'un autre projet.
  • Les groupes ou artistes professionnalisés ayant déjà participé à la sélection finale des iNOUïS du Printemps de Bourges les années précédentes, et ce, même avec un nouveau projet.
Calendrier 2018/2019
  • Appel à candidatures : du jeudi 18 octobre au lundi 12 novembre 2018 inclus
  • Sélections sur écoute : du jeudi 15 novembre au samedi 15 décembre 2018 inclus
  • Concert Auditions régionales : du mardi 8 janvier au samedi 2 février 2019 inclus
  • Sélection nationale : du mardi 4 au 15 février 2019 inclus
  • Préparation et promotion des groupes : mars et avril 2019
  • Printemps de Bourges : du mardi 16 au dimanche 21 avril 2019
  • La tournée des iNOUïS : Octobre 2019
PLUS D'INFOS

900 projets aidés par le crédit d'impôt spectacle vivant (CISV)

mar, 10/09/2018 - 11:30

Si le spectacle musical affiche une forte croissance de sa billetterie en 2017, le CISV y a sans doute contribué. Mis en place en 2016, le dispositif a été largement utilisé par la profession et une étude témoigne de son impact positif, notamment auprès des petites entreprises du secteur.

Le Prodiss s'est associé au SMA, au Profedim et aux Forces Musicales pour commander une étude au cabinet EY sur l'impact du CISV en matière de création artistique et d'emploi et sur le coût du programme pour l'Etat.

Prodiss : "Cette étude démontre l'efficacité du CISV pour le développement artistique. Il offre aux producteurs de spectacles la possibilité de faire monter davantage d'artistes en développement sur scène, avec des tournées plus longues et diffusées plus largement à travers les territoires." Synthèse de l'étude

Bénéficiaires

  • Pour la première année pleine (2017), 250 entreprises ont bénéficié d'un agrément provisoire, "soit davantage que le crédit d'impôt phonographique (CIPP) à l'issue de 10 années d'exercice" compare le Prodiss - sans toutefois préciser que le secteur phonographique est composé d'un nombre moins important de structures.
  • Près de trois quarts du montant du CISV a concerné les musiques actuelles, mais l'ensemble des répertoires ciblés a été couvert, à savoir la musique classique (12% du montant total), les comédies musicales (8%), les spectacles d'humour (6%) et les ciné-concerts (1%).

Impact sur la création

  • Le CISV a concerné 875 projets en 2017, représentant plus de 14 700 représentations sur l'ensemble du territoire national.
  • 17% des projets soutenus n'auraient pas eu lieu en l'absence de crédit d'impôt.
Prodiss : "Grâce au crédit d'impôt, des spectacles ont été renforcé : ajout de dates supplémentaires aux tournées (en moyenne 2 dates par artiste), mais aussi embauche d'artistes et de techniciens additionnels, ainsi que des investissements plus importants dans la création et la scénographie." Impact économique
  • Pour le cabinet EY France, "le CISV s'avère particulièrement PME et TPE-centré par rapport à d'autres crédits d'impôts phares" puisque 86% des bénéficiaires réalisent moins de 5 M€ de chiffre d'affaires.
  • 505 emplois ont été créés en 2017 sous l'impulsion du crédit d'impôt.

Le coût du dispositif

  • Les dépenses réalisées en 2017 dans le cadre des spectacles éligibles au dispositif représentent 16,2M€ de crédit d'impôt.
  • 38,9 M€ de contributions fiscales et sociales ont été générées par les bénéficiaires du dispositif, représentant un coût réel net des effets d'opportunité de 3,4 M€.

Méthodologie : Le périmètre d'étude couvre l'ensemble des entreprises ayant reçu au moins un agrément provisoire au titre des exercices fiscaux 2016 et 2017. L'impact du CISV a été apprécié, d'une part, sur la base d'une enquête auprès de 136 entreprises bénéficiaires du CISV (soit près de la moitié des 278 bénéficiaires totaux sur deux ans) et, d'autre part, sur les données de suivi du CISV collectées par la Direction générale de la création artistique (DGCA) du ministère de la Culture. L'analyse s'est par ailleurs appuyée sur les retours d'expérience d'une vingtaine de professionnels et des comparaisons avec d'autres crédits d'impôt.

Le communiqué du Prodiss
L'étude EY
Également : Croissance de 15% de la billetterie des spectacles de musiques actuelles

Semaine du 8 au 14 octobre

lun, 10/08/2018 - 12:48

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels (salon, rencontre, AG…), les dates limites des aides à la filière (subvention, crédit, bourse) et des appels à candidatures pour les artistes (tremplin, concours).

RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET
ET ACTUALISÉ EN CONTINU


8 OCTOBRE

ATELIER
Discogs : Comment ça marche ?
Paris / Mila



8 OCTOBRE

RENCONTRE
La filière / des filières : jazz et musiques improvisées
Strasbourg / Fédération Hiéro



8 OCTOBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Rencontres RamDam jeune public
Paris



9 OCTOBRE

SOIRÉE
Annonce des lauréats du Fair 2019
Paris



9 OCTOBRE

RENCONTRE
Clash investigation : Hip-Hop et Business, mode d'emploi
Pantin (93) / Magasins généraux



9 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la production/diffusion de spectacles
CNV



10 OCTOBRE

ATELIER
Découverte de la technique vocale
Dijon / La Vapeur



10 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Fonds d'urgence au spectacle vivant
CNV



10 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Programme Export 2 – Musiques Actuelles
Bureau Export



10 - 13 OCTOBRE

SALON
Music China 2018
Shanghai (Chine)



11 OCTOBRE

RENCONTRE
Artistes, auteurs et territoires : maillage d'amour et de raison ?
Thiers



11 OCTOBRE

CONFÉRENCE
Création, interprétation, écoute : la musique augmentée par les innovations technologiques
BIG (Bpifrance Inno Génération) / Paris



11 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide à la création/diffusion
Spedidam



11 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux actions d'intérêt général
CNV



12 OCTOBRE

MASTER-CLASS
Master Class avec NSDOS / Kirikoo Des
Rennes / Adami



12 OCTOBRE

SALON
Salon des Luthiers
Puteaux



12 OCTOBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
What The France Festival
Berlin (Allemagne) / Réservé aux membres du Bureau Export



12 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la musique en images
FCM



12 OCTOBRE

JOURNÉE D'INFORMATION
Festival et ressources humaines, le rôle d'employeur des festivals
Nancy



12 - 13 OCTOBRE

FORUM
JIMI 2018
Ivry-sur-Seine (94)



12 - 14 OCTOBRE

CONVENTION
Music Producer Convention
Paris



13 - 14 OCTOBRE

RENCONTRE
Migratory Musics
Cenon (33) / Rocher de Palmer



13 OCTOBRE

RENCONTRE
Musique & digital : quelles stratégies pour monétiser ses activités ?
Oignies (62) / Haute-Fidélité



13 OCTOBRE

RENCONTRE
PIND, une histoire de la scène punk en France
Paris / FGO



En cours - jusqu'au 24 OCTOBRE

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Prix Société Ricard Live Music




En cours - jusqu'au 31 OCTOBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Talents Adami Jazz
Adami



RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 40

ven, 10/05/2018 - 08:43

Cette semaine : interview de Monsieur Festival, les salles font le plein, le scandale Ticketmaster, Warner et Sony prennent des actions dans Tencent Music, Believe rachète 49% de Tôt ou Tard, Gibson sort du marasme, Radio Nova revient aux fondamentaux musicaux, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical.
Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :


Festivals : "L'Etat est dans son rôle en soutenant une contre-offre sur la base de critères de qualité et de diversité" (Serge Kancel)
Tous les festivals • Accès libre

Avant d'intervenir au MaMA le 19 octobre, Serge Kancel, "monsieur festival" du ministère de la Culture, a livré un long entretien sur son rôle de référent et ses premières intentions.



Les nouvelles salles de musique font un carton
Le Monde • Accès limité

Le marché français du spectacle vivant a démontré sa capacité d'absorption de nouveaux lieux, avec une croissance de 15 % des recettes de billetterie en 2017.




Étude d'impact du crédit d'impôt pour le spectacle vivant musical ou de variétés (CISV)
Prodiss • Accès libre

S'appuyant sur la publication d'une étude d'impact du CISV, le Prodiss estime que ce dispositif est "un fer de lance de la diversité de la scène française".
Également : L'étude d'impact du CISV



Ticketmaster, leader mondial de la billetterie, spolie-t-il les spectateurs de concerts ?
Télérama • Accès libre

Alimentant des soupçons déjà très lourds, une enquête édifiante de deux médias canadiens affirme que Ticketmaster incite des "revendeurs professionnels" à acheter en masse les billets qu'il propose pour les revendre par centaines sur sa propre plateforme, au prix fort.



Warner et Sony prennent des actions dans Tencent Music
Music Business Worldwide • Accès libre (anglais)

Selon le dossier d'introduction en bourse de Tencent Music auprès de la US Securities and Exchange Commission, Warner Music Group et Sony Music Entertainment ont acheté pour 200M$ d'actions de la plateforme.



Believe rachète 49% du capital de Tôt ou Tard et ne s'inquiète pas des initiatives de Spotify
Music Business Worldwide • Accès libre (anglais)

Il semble que l'industrie de la musique va devoir s'habituer à ne plus parler de Believe en tant que distributeur. Selon Denis Ladegaillerie, à peine 30% des revenus de Believe proviendront cette année de contrats de distribution conclus avec des artistes et des labels.



Gibson sort du marasme
Audiofanzine • Accès libre

L'entreprise est en passe de mettre fin à situation de cessation de paiement ayant entraîné son dépôt de bilan en mai dernier. Un tribunal américain a en effet validé le 2 octobre un plan de reprise.




En difficulté, Radio Nova revient aux fondamentaux musicaux
Libération • Accès limité

L'audacieuse politique de relance éditoriale de la radio, rachetée par Matthieu Pigasse il y a deux ans, a fait baisser les audiences. Après le départ d'Edouard Baer, la station se recentre sur le Grand Mix.




À Paris, le rock ne tient plus les bars
Next Libération • Accès limité

Double peine pour les cafés-concerts : confrontés à une vague de fermetures administratives, ils subissent aussi la gentrification de l'Est parisien, avec une multiplication des plaintes pour tapage nocturne. Une situation qui fragilise toute la scène rock de la capitale.



Un festival électro sur le jeu vidéo Minecraft rassemble 55 DJ et des milliers de joueurs
Trax • Accès libre

2 600 joueurs de Minecraft se sont réunis sur un même serveur pour assister à un évènement inédit : Coalchella en ligne. Accompagnés de 3 500 utilisateurs de Discord et 27 000 streameurs audio, ils ont composé le public du premier festival de grande ampleur en ligne.



Programme et temps forts du MaMA 2018
IRMA • Accès libre

Du 17 au 19 octobre, la convention MaMA rouvre ses portes à Paris avec plus de 150 temps d'échanges, 400 intervenants et 6.000 professionnels de la musique attendus. Entre nouveautés et temps forts, les programmateurs de l'événement détaillent les grands axes de cette édition.

EN BREF

ARTISTE

TERRITOIRE

MÉTIER

BUSINESS

INNOVATION

La revue de web de la semaine passée Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Programme et temps forts du MaMA 2018

mer, 10/03/2018 - 10:24

Du 17 au 19 octobre, la convention MaMA rouvre ses portes à Paris avec plus de 150 temps d'échanges, 400 intervenants et 6.000 professionnels de la musique attendus. Entre nouveautés et temps forts, les programmateurs de l'événement détaillent les grands axes de cette édition.

Année après année, le succès du MAMA ne se dément pas. Alors que le premier épisode parisien réunissait 1 800 professionnels accrédités en 2010, ils étaient 5 620 l'an passé à naviguer entre les différents QG du salon (Élysée Montmartre, Trianon, FGO-Barbara). La construction de ce succès tient à ce que l'événement est à la fois une convention pro. et un festival, "la seconde jambe du MaMA, le show chaque soir après la journée de business", dixit Daniel Colling, producteur du MaMA.

Il tient également à la richesse et à la pertinence des contenus proposés en journée à travers des conférences, focus, keynotes, pitchs, démos ou speed-meetings. "Le secteur de la musique fait l'objet aujourd'hui d'une transformation radicale de son mode de fonctionnement et de ses repères. Le programme des conférences du MaMA balaye ces bouleversements en tentant de les éclairer ou, à tout le moins, de donner des clés à une filière à la recherche de sens" explique le journaliste Emmanuel Legrand, membre du comité de programmation du salon.

Évolutions 2018

Pour la quatrième année, MaMA va également se conjuguer avec MaMA INvent, l'espace dédié à l'innovation et monté en collaboration avec l'IRMA (voir le programme de l'IRMA au MaMA). Si les corners, focus et démos dédiés aux services innovants de la musique prendront toujours place au Trianon, "les questions d'innovation déborderont de ce lieu de networking et on en retrouvera dans d'autres conférences programmées hors MaMA INvent, précise Gilles Castagnac (également membre du comité de programmation), comme par exemple le débat autour du 'user centric' organisé par MMF France à l'Elysée-Montmartre".

Parmi les nouveautés de l'édition 2018 figurent également une nouvelle salle pour les grandes conférences (au lycée Jacques Decour, juste en face de l'Élysée Montmartre), la mise en place d'un living lab pour tester certaines applications présentées par les startups lors de concerts dans les salles partenaires, et la création d'un Sound Village à FGO-Barbara, lieu de partage et de transmission autour des musiques électroniques.

Parité homme/femme

MaMA a par ailleurs signé la charte Keychange et s'engage ainsi à atteindre une parité homme/femme complète (programmation artistique et conférences) d'ici 2022. "Nous ne serons pas encore à 50% cette année, estime Aziliz Benech (directrice adjointe du MaMA), mais nous indiquons dès maintenant notre volonté de nous en approcher, ceci étant partagé par tous nos partenaires qui, on l'a bien senti, se mobilisent aussi dans cette perspective".
Et pour que cela ne reste pas qu'une affaire de pourcentages, les questions liées à la parité seront également au menu d'un déjeuner des femmes de la filière et de plusieurs rencontres, dont le lancement d'un programme de mentorat pour les femmes de l'industrie musicale.

Présence renforcée des artistes

Pour Aziliz Benech, deux faits marquent cette nouvelle édition. Le premier est "la présence renforcée des artistes, notamment à travers les keynotes d'Eric Serra ou d'Arnaud Rebotini, césar de la musique pour 120 battements par minute".
Soutenu par l'Adami, un parcours dédié aux artistes-entrepreneurs voit aussi le jour, "ce qui est très significatif des évolutions en cours" et plusieurs tables rondes seront consacrées au métier d'artiste, notamment avec l'appui de la GAM (L'aube de l'industrie des artistes / Artistes slasheurs / DIY et nouveaux modèles de distribution…).

Des partenaires internationaux impliqués

L'autre fait relevé par la directrice adjointe est "une implication de plus en plus importante des partenaires internationaux, comme par exemple avec les Japonais, les Britanniques et les Canadiens, mais aussi à travers des structures européennes (Yourope, EMA…) ou mondiales (IMMF)".
Le Japon sera ainsi le pays à l'honneur du MaMA 2018 avec des artistes programmés durant le festival et une importante délégation de professionnels invités pendant les trois jours au Club du Trianon.

Plus globalement, MaMA mobilise suffisamment la profession pour en faire dorénavant un lieu de rendez-vous international. Au-delà du Japon, la keynote de Musicoin est une première mondiale qui fera intervenir Isaac Mao de Chine et Pascal Guyon des Etats-Unis, et Yourope, le réseau européen des grands festivals, organisera son séminaire annuel à Paris à l'occasion du MaMA. À noter que l'Afrique et l'Asie seront également au programme, tout comme le Brexit avec "un aréopage de professionnels britanniques qui nous feront part de leurs inquiétudes face à une situation qui pourrait les mettre sur le bas-côté de la route en Europe" ajoute Emmanuel Legrand.
Inversement, l'export et l'image positive de la France à l'étranger seront abordés à travers la conférence La diplomatie culturelle au bénéfice du soft power de la France, avec entre autres la présence d'Isabelle Giordano (UniFrance Film) et de Martin Ajdari (Ministère de la Culture).

Le streaming sous différents angles

Le streaming musical sera évidemment une pierre angulaire de nombreux débats, notamment ceux qui questionneront les convergences en cours entre streaming et live d'un côté, et entre streaming audio et vidéo d'un autre. Un autre débat réjouit déjà Gilles Castagnac : "Je suis assez content d'avoir pu insérer cette conférence proposant une autre histoire du streaming. Ses intervenants (Sophian Fanen, Yves Riesel, Alain Brunet et Philippe Astor) ont vécu de l'intérieur l'invention, la mise en œuvre et la montée en charge de cette révolution de l'industrie. Ils n'ont pas (ou plus) d'intérêt direct dans l'affaire et leurs propos devraient être assez décoiffants !".

Autre approche des enjeux numériques du secteur, la monétisation des paroles en ligne fera l'objet d'une keynote de LyricFind, une intervention très attendue par Emmanuel Legrand : "Darryl Ballantyne (LyricFind) est un fin observateur des évolutions du marché de la musique et il a prouvé qu'il était possible de monétiser les paroles de chansons en signant des accords de licence avec les ayants-droit et des partenariats avec les principaux services de streaming."

MusicTech, VR, podcast…

Toujours avec la volonté d'aller défricher les sujets de demain, MaMA INvent fera la part belle aux tendances numériques et aux innovations. Au-delà des focus déjà évoqués plus haut, l'espace offrira plusieurs temps d'échanges autour "de la musique à l'assaut du podcast" et d'autres consacrés la réalité virtuelle, notamment avec la présence de MK2 VR qui diffusera le VRclip Chorus de Justice et participera à un focus sur la diffusion immersive avec l'Institut Français et Sourdoreille (récemment tourné vers la production de contenus vidéo innovants avec MC360 diffusé sur Arte).

Pitch et Prix

Chaque jour à midi, une pitch session aura lieu au Trianon pour présenter trois startups par catégorie/niveau de développement : Early stage le mercredi, Living lab le jeudi, et International Development le vendredi. Un jury récompensera chaque jour la startup lauréate dans sa catégorie.
Les jeunes professionnels de la musique ont, pour la première fois, également leur prix. La Nouvelle Onde décernera ainsi ses récompenses dédiées aux moins de 30 ans qui travaillent dans l'ombre à l'éclosion d'artistes. La remise des prix aura lieu le 19 octobre à la suite du focus Faire carrière dans le music business.

Monsieur Festival

Entre un temps consacré au coût de la sécurité, sujet qui a envenimé l'été des producteurs, un autre aux métadonnées du spectacle ou un sur le cashless, les festivals ne seront pas en reste, y compris au niveau du secteur des musiques électroniques où Shotgun présentera une étude de marché sur l'événementiel électronique en France
Sur la question des festivals, l'intervention de Serge Kancel, nommé "référent permanent et transversal pour les festivals" par la ministre de la Culture il y a près d'un an, sera attendue. ce "Monsieur Festival" fera ainsi un point sur sa mission et livrera ses premières analyses.

Restitutions d'étude

La convention sera l'occasion pour plusieurs organismes de présenter des études sur des sujets distincts. Si le Prodiss et le CNV présenteront les résultats du Baromètre du live 2018 et une évaluation du crédit d'impôt spectacle pour le premier, les chiffres régionaux de la diffusion des spectacles de musiques actuelles et variétés pour le second, l'Hadopi effectuera un pas de côté en restituant une évolution comparée entre musique, jeu vidéo et audiovisuel face au défi du numérique.
Côté artiste, l'Adami présentera un état des lieux sur leurs pratiques et leurs rémunérations dans la musique en ligne, tandis que les réseaux territoriaux lanceront une étude sur le développement d'artistes en France.

PROGRAMMATION COMPLÈTE DE MAMA CONVENTION Le programme de l'IRMA au MaMA L'IRMA s'associe à nouveau au MaMA dans la co-organisation de MaMA Invent, l'espace dédié aux services innovants de la musique. Nous serons également présents à travers la tenue d'un stand conseil et d'une librairie où plusieurs rencontres-dédicaces avec des auteurs sont prévues. Et pour clore les trois jours, on vous attend vendredi soir pour un apéro au Trianon !

Retrouvez le programme de l'IRMA au MaMA

5M€ pour amorcer le Centre national de la musique (CNM)

mar, 10/02/2018 - 11:15

À l'occasion de la présentation du projet de loi de finances 2019, la ministre de la Culture a annoncé la semaine dernière que 5M€ allait être mobilisés "pour amorcer le financement" du CNM. TPLM, qui regroupe les principaux organismes de la musique, se réjouit de la pose de cette "première pierre" mais demande à ce que le débat sur les missions et le financement de l'établissement se poursuive.

"J'ai confirmé au Printemps de Bourges mon souhait de créer le Centre national réclamé par la filière depuis des années. Les députés Pascal Bois et Emilie Cariou remettront fin novembre leur rapport de préfiguration. Le travail de concertation mené jusqu'ici a permis d'avancer résolument sur les options de financement et de gouvernance. J'ai d'ores et déjà décidé de mobiliser jusqu'à 5 millions d'euros pour amorcer le financement de cette nouvelle institution". Françoise Nyssen, le 24 septembre, à l'occasion de la présentation du PLF 2019 et du budget 2019 du ministère de la Culture

La plupart des organisations fédérées au sein de Tous pour la musique (TPLM) ont participé à la concertation organisée cet été par Emilie Cariou et Pascal Bois, les deux parlementaires en charge de la mission de préfiguration du futur CNM, en insistant "sur le fait qu'un CNM se concevait avant tout comme une institution vouée à remplir de nouvelles missions en bénéficiant à ce titre de ressources nouvelles".

TPLM indique ainsi que les 5M€ constitue "une première pierre" pour le lancement du CNM, mais note que ce "financement serait pris sur le budget du ministère de la Culture" et rappelle que "les premiers besoins ont été évalués par la mission de préfiguration à un minimum de 20M€ par an" pour l'établissement.

La ministre de la Culture a également indiqué que le rapport des députés Pascal Bois et Emilie Cariou remettront leur rapport fin novembre. Dans un souci de concertation et de transparence, TPLM demande à ce que "le pré-rapport de la mission de préfiguration du CNM, sur lequel le ministère s'est fondé pour son annonce budgétaire, soit publié sans délai".

Le discours de Françoise Nyssen du 24 septembre
Le communiqué TPLM

Semaine du 1er au 7 octobre

lun, 10/01/2018 - 11:05

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels (salon, rencontre, AG…), les dates limites des aides à la filière (subvention, crédit, bourse) et des appels à candidatures pour les artistes (tremplin, concours).

RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET
ET ACTUALISÉ EN CONTINU


1er - 31 OCTOBRE

APPEL À PROJETS (ouverture des candidatures)
Talents Adami Jazz
Adami



1er OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la création
SCPP



1er OCTOBRE

RENCONTRE
La filière / des filières : Musiques du Monde & Soul et Funk
Strasbourg / Fédération Hiéro



1er OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au disque "Musiques"
Soutien au spectacle "Musique"
FCM



2 OCTOBRE

SPEEDMEETING
Damier Connect – Rencontres d'affaires
Clermont-Ferrand / Le Damier



2 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux premières parties
CNV



2 OCTOBRE

AG & RENCONTRE
Quelles perspectives et quels enjeux pour la filière musiques actuelles à moyen terme ?
Saintes / RIM



3 OCTOBRE

RENCONTRE
Amateurs : peut-on jouer sans en gagner sa vie ?
Paris / MPAA



3 OCTOBRE

RENCONTRE
Revamping the Music Industry Using Blockchain Technology ?
Neuilly-sur-Seine (92) / Sacem



3 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux actions professionnalisantes mises en œuvre par les dispositifs d'accompagnement en direction de l'entrepreneuriat culturel
Ministère de la Culture



3 OCTOBRE

APPEL À CANDIDATURES (date limite de dépôt)
Prix La Nouvelle Onde




3 OCTOBRE

CONVENTION
MusicTech Day @ Mondo.NYC
New York (USA)



3 OCTOBRE

JOURNÉE D'INFORMATION
Les risques auditifs et la gestion sonore dans le cadre de la diffusion de musiques amplifiées
Paris / Agi-Son / FGO-Barbara



3 OCTOBRE

CONCERTATION
Festivals de musiques actuelles en Nouvelle-Aquitaine
Saintes / RIM



4 OCTOBRE

ATELIER
L'importance de l'ID artistique pour votre groupe
Dijon / La Vapeur



4 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au showcase
FCM



4 OCTOBRE

CONFÉRENCE
La spatialisation du son pour le spectacle vivant
Bagnolet / CFPTS



4 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Avances de trésorerie
CNV



4 OCTOBRE

RENCONTRE
Forum des musiques actuelles
Saint-Vincent-de-Tyrosse / LMA



5 OCTOBRE

ATELIER
Les réseaux musiques du monde et traditionnelles en région Occitanie
Toulouse



5 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide à l'innovation et à la transition numérique de la musique enregistrée
DGMIC / Ministère de la Culture



5 OCTOBRE

ATELIER
Participez au boom des industries créatives et culturelles en régions !
Paris / Parcours France



5 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la formation
FCM



5 OCTOBRE

CONFÉRENCE
Les nouveaux explorateurs musicaux : comment en sont-ils arrivés là ?
Toulouse / Octopus



5 OCTOBRE

CONVENTION
Rights Tech Summit
New York (USA)



5 OCTOBRE

APPEL À PARTICIPATION (date limite de candidature)
Songwriting Camp
Amsterdam / Réservé aux adhérents du Bureau Export



6 OCTOBRE

ATELIER
Développer son projet musical
Reims / Cartonnerie



6 OCTOBRE

CONFÉRENCE
Innov Audio Paris 2018
Paris



6 OCTOBRE

CONVENTION
Marché des Labels Indépendants 2018
Paris



RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 39

ven, 09/28/2018 - 16:43

Cette semaine : 5M€ pour le CNM, forte croissance du spectacle musical en France, Spotify s'ouvre aux artistes, SiriusXM s'offre Pandora, Wagram complète son 360°, bilan Yacast de la programmation musicale en radio, le boom de la pratique instrumentale, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical.
Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :


La filière musicale salue la pose de la première pierre du Centre National de la Musique (CNM)
TPLM • Accès libre

En annonçant 5M€ pour le futur établissement, le gouvernement et la ministre de la Culture posent la première pierre du CNM. Le débat doit continuer sur ses missions et ses financements.
Également : Dans le cadre du PLF19, Francoise Nyssen présente le budget culture
La Culture fait le service minimum sur le CNM2


Croissance de 15% de la billetterie des spectacles de musiques actuelles
Irma • Accès libre

Les spectacles de variétés et de musiques actuelles enregistrent 29M d'entrées en France en 2017, pour une billetterie en nette croissance évaluée à 930M€. Les festivals font le quart de la fréquentation et les musiques urbaines s'inscrivent en forte hausse.


Spotify va permettre aux artistes de publier eux-mêmes leur musique
Le Monde • Accès limité

La plateforme de streaming musical, qui prélève toujours 48 % des revenus de la musique qu'elle diffuse, entend donner de la possibilité aux artistes de se passer d'autres intermédiaires.
Également : Spotify se lance dans un solo
Les offres de distribution directe de Spotify : qu'est-ce que les artistes reçoivent ?


SiriusXM s'offre Pandora
Frenchweb • Accès libre

Pour combler son retard sur Spotify et Apple Music, l'opérateur de radio par satellite a décidé de racheter Pandora Media, l'entreprise qui édite le service de musique en streaming Pandora, uniquement accessible aux États-Unis.
Également : Le rachat de Pandora par SiriusXM peut-il constituer la première véritable compagnie de musique "full-stack" ?

Sony notifie sa proposition de rachat d'EMI Publishing à la Commission européenne
Electron Libre • Accès libre

Sony Music est sur le point de notifier sa proposition de rachat de 100% de EMI Music Publishing à la Commission européenne, qui aura ensuite un mois pour décider si elle entame une procédure plus approfondie sur la proposition.



Wagram Music annonce la création de Wagram Stories
Irma • Accès libre

Wagram Music cède sa participation dans Tôt ou Tard et annonce la naissance de Wagram Stories, accélérant ainsi son développement dans la production de films et de séries et dans l'édition de livres, dédiés à la musique.



L'évolution de l'offre musicale à la radio
La Lettre de la radio • Accès libre

Que de neuf concernant l'offre musicale sur les principales radios musicales à l'occasion de la rentrée ? Yacast compare l'offre de septembre dernier avec celle de juin 2018 sur un panel de 11 radios.



Emily Gonneau : "Dans l'industrie musicale, on commence souvent tôt sa carrière, or on assimile encore les moins de 30 ans à des débutants"
Irma • Accès libre

Jeunes professionnels de la musique, voici votre Prix ! La Nouvelle Onde, plateforme de valorisation des nouveaux talents de l'industrie musicale, lance des Prix pour honorer la jeune génération qui "s'agite en coulisses pour accompagner et développer les artistes".


Le boom de la pratique instrumentale
TPLM • Accès libre

Alors que la musique est plus que jamais omniprésente, avec notamment l'accès instantané à des discothèques numériques infinies via un smartphone, la pratique d'un instrument se développe de façon continue depuis les années 60. Un mouvement bien engagé qui devrait se poursuivre dans les années à venir. État des lieux.

EN BREF

BUSINESS

MÉTIER

INNOVATION

TERRITOIRE

ARTISTE


(RE)PLAY

La revue de web de la semaine passée Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Pages