S'abonner à flux flux actualité professionelles IRMA
Mis à jour : il y a 39 min 56 sec

Veille d'actualités - Semaine 38

ven, 09/22/2017 - 14:23

Cette semaine : lancement de la base des aides OGC, l'économie des spectacles musicaux, retour du congrès SMA, panorama de la consommation mondiale de musique, touring passeport, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Lancement de la base de données sur les aides des OGC

Depuis le vote de la loi LCAP du 7 juillet 2016, les organismes de gestion collective (OGC)devaient mettre en oeuvre et rendre public une base de données qui recense les bénéficiaires de leurs programmes d'aide et les montants alloués. Cette base est désormais disponible en ligne.


Etude EY/Prodiss : Des spectacles de poids !

Le cabinet EY, en collaboration avec le Prodiss, a analysé la place du spectacle musical et de variété dans l'économie française. L'étude témoigne de la croissance du secteur et des retombées importantes qu'il génère.


SMA : emplois aidés, financement des SMACs, maison commune, accords Sacem…

Plus de 150 adhérents du Syndicat des musiques actuelles (SMA) se sont retrouvés la semaine dernière pour un congrès à Besançon. Outre les élections au Conseil national, le syndicat a signé trois accords avec la Sacem et pris position sur certains sujets.


L'IFPI publie le panorama 2017 de la consommation de musique dans le monde

Cette étude réalisée par Ipsos Connect décrypte les nouveaux modes de consommation de la musique et les tendances à venir. Elle a été menée dans 13 marchés majeurs de la musique enregistrée auprès d'internautes âgés de 13 à 64 ans, offrant ainsi une perspective sur l'engagement du public pour la musique.


En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Lancement de la base de données sur les aides des OGC

ven, 09/22/2017 - 10:42

Depuis le vote de la loi LCAP du 7 juillet 2016, les organismes de gestion collective (OGC)devaient mettre en oeuvre et rendre public une base de données qui recense les bénéficiaires de leurs programmes d'aide et les montants alloués. Cette base est désormais disponible en ligne.

Codifiée à l'article L.326-2 du Code de la propriété intellectuelle, les organismes de gestion collective étaient dans l'obligation légale de créer cette base unique où sont référencés le nom des bénéficiaires, le montant et l'utilisation des sommes perçues dans le cadre des actions d'aide à la création, à la diffusion du spectacle vivant, au développement de l'éducation artistique et culturelle et à des actions de formation des auteurs et des artistes.

Cette base, dont les données sont enregistrées dans un format ouvert et librement réutilisable, est accessible gratuitement depuis le 19 septembre sur le site www.aidescreation.org.

Les informations disponibles sur le site :

  • L'organisme de gestion collective
  • L'année d'attribution
  • Le nom du bénéficiaire
  • Le montant attribué
  • Le descriptif du projet soutenu
  • Le type d'aide

Elle recense toutes les actions culturelles soutenues en 2016 par dix-sept organismes de gestion collective d'auteurs, d'artistes interprètes, de producteurs et d'éditeurs (ADAGP, ADAMI, ANGOA, ARP, CFC, PROCIREP, SACD, SACEM, SAIF, SAJE, SCAM, SCPP, SCELF, SEAM, SOFIA, SPEDIDAM, SPPF).

Les organismes participant

Les sommes correspondantes sont notamment issues des 25 % du montant des rémunérations perçues au titre de la copie privée et de la part non répartissable de droits tels que la rémunération équitable pour la communication au public des phonogrammes du commerce, que la loi oblige depuis 1985 à affecter à de telles actions.

PLUS D'INFOS

Des spectacles de poids

jeu, 09/21/2017 - 16:49

Le cabinet EY, en collaboration avec le Prodiss, a analysé la place du spectacle musical et de variété dans l'économie française. L'étude témoigne de la croissance du secteur et des retombées importantes qu'il génère.

Cette étude se focalise sur les 4 000 entreprises qui produisent et diffusent les spectacles musicaux et de variété, exploitent les salles et organisent les festivals dans les champs des musiques actuelles, traditionnelles, de variétés, comédies musicales, spectacles de cabaret et humour.

En préambule de la présentation des résultats, les auteurs du document insiste sur une analyse que des chiffres auraient tendance à estomper : "La diversité des acteurs dans le spectacle musical et de variété fait qu'il n'existe pas de mode d'organisation standard d'un spectacle. Les acteurs et le rôle de chacun se recomposent pour chaque spectacle, chaque production, diffusion, exploitation de salles ou organisation de festivals".

PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS

La contribution du spectacle musical et de variété à l'économie française

  • Le secteur représente un chiffre d'affaires — direct et indirect — cumulé de plus de 4,3 Mds€, et près de 120 000 emplois en 2015.
  • Dans son cercle direct, le secteur a généré plus de 2 Mds€ de chiffre d'affaires et près de 22 000 emplois en équivalents temps plein (ETP) en 2015.
  • Le spectacle musical irrigue l'ensemble de l'économie et génère des retombées économiques indirectes significatives : pour 1€ et 1 ETP au cœur du secteur, plus d'1€ et près d'1 ETP sont créés dans le reste de l'économie.
  • Le chiffre d'affaires direct du secteur a connu une croissance moyenne de 6% par an entre 2012 et 2015.

Les entrepreneurs du secteur face au risque économique

  • Le secteur est composé très majoritairement de petites entreprises : les trois quarts réalisent un chiffre d'affaires annuel inférieur à 1M€.
  • Les équilibres financiers du spectacle musical et de variété reposent fondamentalement sur un pari artistique.
  • L'équation économique est rendue encore plus complexe par l'augmentation très significative du coût d'accueil des spectacles.

Le secteur entraîne une véritable économie territoriale et touristique

  • Le spectacle musical et de variété est présent partout en France, avec un maillage extrêmement fin du territoire national.
  • Le secteur alimente un vaste écosystème local de prestataires et fournisseurs, qui pesait 480 M€ et près de 3 700 ETP en 2015.
  • Le flux de spectateurs draine l'économie locale et touristique, grâce à des dépenses en hébergement, restauration et transport qui s'élèvent à 1,4 Md€.

Le spectacle musical et de variété, vecteur de l'attractivité de la France

  • Tous secteurs musicaux confondus, la France reste l'un des principaux exportateurs de musique au monde.
  • Les revenus de la filière musicale française à l'international sont significatifs ainsi qu'en croissance continue et régulière, atteignant les 262 M€ en 2016, en augmentation de 30% par rapport à 2010.
  • Les festivals, organisés localement, sont un argument d'attractivité des visiteurs étrangers.

Les artistes et les talents, métiers et compétences qui les entourent

  • 191 métiers peuvent être recensés dans le secteur, soit un éventail plus riche et plus diversifié que dans d'autres secteurs, tels que la presse, la publicité ou l'immobilier.
  • Les métiers du secteur se professionnalisent et les compétences évoluent.

La scène, terrain d'innovation et d'expérimentation

  • Le spectacle musical et de variété intègre les innovations technologiques.
  • Des expérimentations sont mises en œuvre pour rendre l'expérience usager plus fluide et l'utilisation des services plus simple.
  • L'innovation s'incarne en amont, dans la conception même du spectacle.
  • Les artistes, producteurs, diffuseurs et organisateurs revisitent également le format des spectacles, bousculant les pratiques historiques.
  • Les festivals fournissent des champs uniques d'expérimentation aux innovateurs d'autres secteurs.
LIRE L'ÉTUDE

Droit d'auteur et liberté de création : quel équilibre trouver pour le spectacle vivant ?

jeu, 09/21/2017 - 11:28

La loi LCAP du 7 juillet 2016 pose la liberté de création comme principe tout en défendant le droit d'auteur. Dans quelle mesure ces deux aspects s'imbriquent ou s'opposent dans le cadre du spectacle vivant ? Une journée d'information juridique aura lieu autour de cette question le 13 novembre à Paris.

Cette 19e journée d'information juridique vous est proposée par les centres de ressource du spectacle vivant : le centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre (ARTCENA), le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), le Centre national de la danse (CND) et le Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles (IRMA).

PROGRAMME Journée d'information juridique
Lundi 13 novembre 2017 de 9h à 17h, à l'Alhambra
21, Rue Yves Toudic – 75010 Paris (M° République)

9h : Accueil du public 9h30 : Ouverture de la journée

Atelier 1 - Quelles règles pour protéger l'auteur tout en favorisant la création ?

  • L'originalité de l'œuvre comme critère de protection
  • Emprunt d'œuvres préexistantes, ayants droit et liberté de création
  • L'appréciation des différents droits par les magistrats
  • Gestion collective / gestion individuelle
  • Sanctions et risques judiciaires

Avec :

  • Bruno Anatrella (avocat à la Cour – BAGS Avocats)
  • Antoine Defoort (artiste, co-fondateur de l'Amicale de Production et auteur, notamment, de la conférence Un faible degré d'originalité)
  • Fred Gaudin (directeur juridique - Tôt ou tard, Lili Louise musique, Zouave)
  • Camille Lignières (vice-présidente, 3ème chambre, TGI de Paris)

Questions/réponses avec le public

12h45 – 14h : Pause déjeuner

Atelier 2 - Vers une redéfinition du périmètre du droit d'auteur ?

  • Le domaine public
  • La place des organismes de gestion collective
  • Les œuvres transformatives et multiformes
  • Le droit d'auteur en Europe

Avec :

  • Valérie-Laure Benabou (professeure à l'Université d'Aix-Marseille, directrice du Master Propriété intellectuelle et nouvelles technologies, auteure du rapport de la mission CSPLA sur les œuvres transformatives)
  • Alain Girardet (conseiller à la 1ère chambre civile de la Cour de Cassation, professeur associé à la faculté de droit Paris-Est-Créteil)
  • Alexis Kauffmann (fondateur de Framasoft, de Romaine Lubrique et du 1er festival du domaine public),
  • Antoine Zebra (musicien, DJ, auteur-compositeur-interprète, producteur et éditeur)
  • Corinne Klomp (autrice théâtre, radio, scénariste – 1ère vice-présidente de la SACD),
  • Un représentant de la Sacem

Questions/réponses avec le public

17h : Fin de la rencontre

Inscription obligatoire
Entrée libre sur inscription – Nombre de places limité

FORMULAIRE D'INSCRIPTION - Droit d'auteur et liberté de création : Quel équilibre trouver pour le spectacle vivant ? Prénom [Obligatoire] : Nom [Obligatoire] : Structure [Obligatoire] : Fonction - Poste [Obligatoire] : E-mail [Obligatoire] : Veuillez entrer une adresse e-mail valide (de type vous@fournisseur.com).

Veuillez laisser ce champ vide :

SMA : emplois aidés, financement des SMACs, maison commune...

jeu, 09/21/2017 - 11:14

Plus de 150 adhérents du Syndicat des musiques actuelles (SMA) se sont retrouvés la semaine dernière pour un congrès à Besançon. Outre les élections au Conseil national, le syndicat a signé trois accords avec la Sacem et pris position sur certains sujets.

Le congrès du SMA avait lieu à La Rodia à Besançon

Suite aux tables rondes qui se sont déroulées dans le cadre de ce congrès, les adhérents ont "abordé et pris des positions collectives sur des problématiques d'actualités de l'écosystème des musiques actuelles".
Ainsi, le syndicat reste vigilant et mobilisé sur :

  • la fin des emplois aidés annoncée par la Ministre du travail cet été,
  • le (non) respect par l'Etat du nouveau plancher de financement de 100.000€ pour les SMAC,
  • le projet de Maison commune de la musique "dont les propositions de la mission sont très attendues".

Trois accords ont par ailleurs été signés avec la Sacem à destination des festivals, des salles de concerts et des producteurs de spectacles. Ils prévoient une relation partenariale entre la Sacem et le SMA, en vertu de laquelle les adhérents bénéficient désormais de conditions préférentielles (réductions protocolaires et simplification des procédures).

Au niveau statutaire, le bureau élu en 2016, présidé par Yves Bommenel, poursuit ses fonctions jusqu'à échéance de son mandat en 2018.
Deux nouveaux adhérents ont été élu au Conseil national suite à des départs en cours de mandat. Il s'agit d'Olivier Tura, directeur de Trempolino (Nantes), comme représentant du collège formation, et de Stéphane Krasniewski, administrateur et programmateur du festival les Suds (Arles), comme représentant du collège diffusion.

LE SITE DU SMA

Veille d'actualités - Semaine 37

ven, 09/15/2017 - 12:56

Cette semaine : congrès SMA, taxe Youtube, Prix des Indés, salles de concerts en crise, artistes vs Spotify, l'internationalisation de Deezer, Warner rachète Songkick, Fédelima et maison commune, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Congrès 2017 du SMA : une forte mobilisation des adhérents pour une rentrée militante

Le Syndicat des Musiques Actuelles (SMA) a réuni ses adhérents en congrès les 12 & 13 septembre à La Rodia à Besançon. Ce congrès a aussi été l'occasion d'aborder et de prendre des positions collectives quant aux problématiques d'actualité de l'écosystème des musiques actuelles.


Les taxes YouTube et Netflix vont être appliquées

Les plates-formes vidéos payantes, de type Netflix, et gratuites, comme YouTube, vont bientôt être obligées de participer au financement de la création en France. Bruxelles a examiné la question durant l'été et il a été conclu que les deux taxes pouvaient être appliquées.


Deezer se cherche une place sur le marché mondiale du streaming

De l'évangile brésilien au reggaeton portoricain et au hip-hop néerlandais, Deezer fait le globe-trotteur pour trouver des marchés et se développer.



Prix des Indés : les nominations

Avant la cérémonie de remise du Prix des Indés qui aura lieu le 16 octobre à Paris, la SPPF a dévoilé la liste des artistes et des labels nominés. De nouvelles catégories font leur apparition.



USA : des centaines de musiciens et auteurs de chansons s'attaquent à Spotify

La semaine dernière, les principaux éditeurs de musique ont promis une guerre contre Spotify. Cette semaine, plus d'une centaine de musiciens et compositeurs ont exigé que Spotify paie sa part équitable des redevances d'édition.


Les salles de musiques actuelles en plein naufrage

Dans les Yvelines, le rythme du démantèlement des structures de musique actuelles s'accélère. Alors que le CAC George Brassens de Mantes-la-Jolie est déjà condamné, c'est tout un tissu associatif qui se meurt. Etat des lieux d'un phénomène qui, en vérité, est national.


En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Prix des Indés : les nominations

ven, 09/15/2017 - 12:08

Avant la cérémonie de remise du Prix des Indés qui aura lieu le 16 octobre à Paris, la SPPF a dévoilé la liste des artistes et des labels nominés. De nouvelles catégories font leur apparition.

Emmanuel de Buretel et Didier Varrod présentent le Prix des Indés 2017

Après un premier exercice qui aura servi de "laboratoire", le Prix des Indés inaugure sa deuxième édition dont la cérémonie sera retransmise en direct sur Culturebox le 16 octobre prochain. "On va essayer de livrer un bon programme audiovisuel" a annoncé Emmanuel de Buretel, président de la SPPF et du label Because Music, qui se réjouit d'offrir une vitrine pour la production indépendante française à la télévision.

Parmi les neuf récompenses qui seront décernées, deux distinctions supplémentaires font leur apparition : un prix du live et un prix spécial du jury.
Le journaliste Didier Varrod, président du jury, assume qu'il s'agit d'un "palmarès assez politique avec des choix radicaux et éclectiques".

LES NOMINÉS 2017

Prix de l'album :

  • VIANNEY - Vianney - Tôt ou Tard
  • FRANÇOIS & THE ATLAS MONTAINS - Solide Mirage - Domino Recording
  • CAMILLE - Ouï - Balulalo

Prix de l'album révélation :

  • FISHBACH - À ta merci - Les Disques Entreprise
  • LOMEPAL - Flip - Pineale Prod Grand Musique Management
  • POLO & PAN - Caravelle - Hamburger Records

Prix de l'album audacieux :

  • DOUEH & CHEVEU - Dakla Sahara Session - Born Bad Records
  • KRISMENN - Nom gustumin deus an denvalihenn - World Village
  • JACQUES - A lot of Jacques + Dans la radio - Pain Surprises

Prix du petit label :

  • BORN BAD RECORDS
  • INFINÉ
  • MICROQLIMA

Prix du vidéoclip :

  • CASSIUS - Go up - Ed Banger Records
  • THE BLAZE - Terrority - Animal63/Believe
  • LOMEPAL - Pommade - Pineale Prod Grand Musique Management

Prix du live :

  • RONE - Création musicale à la Philharmonie de Paris
  • DEPARDIEU chante Barbara - Bouffes du Nord
  • M-LAMOMALI - Salle Playel
  • GEORGIO - Tournée 2017

Les lauréats du Prix spécial du jury, du Titre le plus streamé, ainsi que de l'Album export seront dévoilés lors de la cérémonie du 16 octobre à La Cigale de Paris.

Paris Electronic Week

mar, 09/12/2017 - 17:37

La Paris Electronic Week (aka la PEW) revient pour trois jours (20-23 sept.) de rencontres entre professionnels et amateurs de musiques électroniques sous la forme de conférences, workshops, masterclass et de soirées dans les clubs parisiens.

Organisée par Technopol, la PEW réunit des artistes, des organisateurs de festivals, des managers de labels, des exploitants de lieux, des professionnels du marketing et de la communication pour débattre de l'actualité et du futur de leurs métiers. Au total, plus de 80 intervenants français et internationaux viendront partager leur expérience et savoir-faire.

La Paris Electronic Week a pour ambition de faire se rencontrer les acteurs du secteur des musiques électroniques, et de promouvoir la vivacité de la scène parisienne avec l'organisation de la PEW OUT, une programmation « off » avec plusieurs soirées organisées dans les clubs la capitale.
La Paris Electronic Week se clôturera le 23 septembre avec la Techno Parade.

Programme PEW IN Mercredi 20 septembre

Conférences :

  • Tendances 2017-2018 du marché des musiques électroniques
  • État d'urgence pour la musique électronique : l'impact des nouvelles politiques de sécurité publique sur les festivals
  • Développer son activité avec le sound design
  • Dénicheurs de talents : nouveaux métiers pour nouveau contexte

Workshops :

  • Votre public et les DATA : les outils pour connaitre votre audience
  • Avez-vous besoin d'un manager ?
  • Stories, geotargeting et geofilters : comment (bien) communiquersur Snapchat ?
  • Les chatbots, comment les utiliser pour booster votre marketing ?
  • Artistes & création : comment continuer d'innover dans les musiques électroniques ?
  • Expérience VR
Jeudi 21 septembre

Conférences :

  • La radio est morte… vive la radio !
  • Tout savoir sur l'édition musicale en 60 minutes
  • 20 ans de presse de musiques électroniques
  • Hardware, software : les innovations technologiques au service de la création musicale
  • Focus sur la scène électronique colombienne
  • Réalité augmentée, VR, 360° : les technologies immersives qui révolutionnent l'expérience des musiques électroniques

Workshops :

  • Workshop Electronica par Native
  • Comment fonctionne Facebook aujourd'hui et quelles sont ses meilleures alternatives ?
  • Workshop Techno par Native
  • Tout savoir sur l'édition musicale en 60 minutes
  • Workshop Future House par Native
Vendredi 22 septembre

Conférences :

  • Track ID ?
  • Le concept d'album est-il dépassé ?
  • Panorama des innovations technologiques au service des évènements culturels
  • Warehouses, friches, lieux alternatifs : quand la fête se réinvente !
  • Les pionniers de la musique électronique (tribute to Pierre Henry)

Workshops :

  • Masterclass de Dani Boom
  • Workshops Pioneer
  • Etat d'urgence, lieux non ERP : Comment bien assurer son événement
  • Pourquoi Youtube n'est pas forcément l'ennemi des artistes ?
  • DJs, créateurs, droits et rémunérations
PLUS D'INFOS

Semaine du 11 au 17 septembre

lun, 09/11/2017 - 11:46

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



11 - 12 SEPTEMBRE

RENCONTRES
CA d'AJC / rencontre réseau
Paris



12 SEPTEMBRE

RENCONTRES
Réunion d'info couveuse CADO
Marseille


12 - 15 SEPTEMBRE

RENCONTRES
Les rencontres pro du Chainon
Laval


12 SEPTEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide aux premières-parties
CNV - Commission du 19/09


12 SEPTEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Avance de trésorerie
CNV - Commission du 19/09


12 - 13 SEPTEMBRE

RENCONTRE
Congrès du SMA
Besançon (25)


13 - 17 SEPTEMBRE

SALON
Mercat Musica Viva Vic
Vic (Espagne)


14 SEPTEMBRE

CONFÉRENCE DE PRESSE
Prix des Indés
Paris


14 SEPTEMBRE

FORUM
FIMI, forum itinérant des musiques à l'image
La Rochelle (17)


14 - 17 SEPTEMBRE

CONFÉRENCES
Crossroads : les rencontres professionnelles
Roubaix (59)


14 SEPTEMBRE

RENCONTRE
Rencontre réseau Zone Franche
Paris

14 SEPTEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide aux entreprises en difficulté
CNV commission du 12/10


14 SEPTEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au développement des entreprises
CNV commission du 12/10


14 - 15 SEPTEMBRE

FORUM
Jirafe des musiques actuelles 2017
Paris


14 - 15 SEPTEMBRE

CONFÉRENCE
Conférence nationale de la vie nocturne
Paris


15 SEPTEMBRE

RENCONTRE
La place des femmes dans les musiques actuelles%22%7D]
Bobigny (93)


15 SEPTEMBRE

RENCONTRE
Réunion d'information SNEP
Paris


15 SEPTEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Tremplin Jeunes Aventuriers



15 SEPTEMBRE

RENCONTRE
Évolutions des dispositifs de soutien du CNV
Paris


15 SEPTEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide à l'innovation et à la transition numérique de la musique enregistrée



17 SEPTEMBRE

APPEL À PROJETS (date limite de dépôt)
Bretagne : Aide à la structuration des entreprises de production, Aide au développement artistique
CNV / Région Bretagne / DRAC Bretagne


17 SEPTEMBRE

APPEL À PROJETS (date limite de dépôt)
Normandie : Aide à la structuration des entreprises de production
CNV / Région Normandie / Département de l'Orne / DRAC Normandie


RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 36

ven, 09/08/2017 - 13:50

Cette semaine : la santé des majors, rentrée en musique, fermeture de YouTube-mp3, Code des usages de l'édition musicale, Rennes ville électro, Top Album sur CStar…

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Les majors de la musique ont enterré la crise du disque

Trimestre après trimestre, la progression du chiffre d'affaires des majors de la musique grâce au streaming et leur rentabilité accrue ne se démentissent pas. La bonne relance du marché américain de la musique est manifeste dans les derniers résultats financiers qu'elles ont publiés. La croissance des marchés émergents aussi. L'Europe reste atone.


Rentrée en musique : un espoir pour l'avenir des musiciens intervenants en milieu scolaire

Cette année, la rentrée se fera en musique, selon le souhait du ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, avec aux premières loges, les enseignants de musique en milieu scolaire, qui espèrent y voir un engagement en faveur de l'éducation musicale à l'école.


Fermeture du site de stream ripping YouTube-mp3.org

YouTube-mp3.org, jusqu'à présent le site leader pour la mise à disposition illicite de musique en stream ripping, a fermé, à la suite d'une action en justice des maisons de disques américaines et britanniques.


Code des usages de l'édition musicale : c'est pour bientôt

Le Code des Usages de l'édition musicale devrait être signé courant octobre sous l'égide du ministère de la culture. Le Code de la Propriété Intellectuelle fait référence aux "usages de la profession", mais ces usages n'avaient auparavant jamais fait l'objet d'une codification…


En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Baromètre des métiers de la musique

ven, 09/08/2017 - 13:20

À l'occasion de la parution de L'Officiel de la musique, l'IRMA publie le Baromètre des métiers de la musique, synthèse en chiffres et en infographie des activités du secteur en France en 2017.

L'Officiel de la musique 2018 est un guide-annuaire qui publie près de 25.000 contacts et référence plus de 80 métiers de la musique en France, mais derrière cet annuaire, se cache une base de données que l'IRMA entretient en continu. Ce baromètre s'appuie sur cette base de données et constitue un reflet des activités professionnelles du secteur musical en France.

Les principaux chiffres :

  • 5 919 ARTISTES OU GROUPES
  • 1 833 FESTIVALS
  • 1 679 CLUBS ET SALLES DE CONCERTS
  • 1 295 ENTREPRENEURS DE SPECTACLES
  • 1 060 PRESTATAIRES TECHNIQUES DU SPECTACLE
  • 1 235 MAISONS DE DISQUES ET LABELS
  • 93 DISTRIBUTEURS
  • 392 ÉDITEURS MUSICAUX
  • 956 ORGANISMES DE FORMATIONS ARTISTIQUES
  • 153 STRUCTURES DE MANAGEMENT
  • 415 AGENCES DE COMMUNICATION
  • 166 ATTACHÉS DE PRESSE
  • 688 RADIOS
  • 368 STARTUPS DE LA MUSIQUE
CONSULTER LE
BAROMÈTRE DES MÉTIERS DE LA MUSIQUE

Conférence nationale de la vie nocturne

jeu, 09/07/2017 - 12:49

Les 14 et 15 septembre, la Plateforme nationale de la vie nocturne organise à Paris une conférence nationale afin de construire des ressources et permettre la mise en œuvre de politiques publiques efficaces et utiles pour l'activité nocturne sur les territoires.

À l'heure où la vie nocturne devient un sujet de plus en plus débattu et l'objet de politiques locales et internationales dans toute l'Europe, cette conférence est ouverte aux professionnels français et européens, aux élus et aux techniciens des collectivités et de l'Etat concernés par la vie nocturne, autant pour ses enjeux que ses réflexions culturelles.

"Entre ceux qui dorment, ceux qui font la fête, ceux qui travaillent, et ceux qui veillent tout simplement, il existe des zones d'ombres et de frottements, inévitablement sources de tensions" indiquent les organisateurs. "Ces zones sont à éclairer, à repenser et finalement, à vivre. C'est en effet au cours de la nuit que deviennent visibles ces réalités qui doivent nous interpeller : des marginalités, des cultures alternatives, des cultures émergentes, des inégalités, des inclusions et des exclusions de personnes, des questions de genre mais également de sexualité".

La conférence proposera notamment :

  • Deux sessions plénières, pour partager points de vue et expériences françaises et européennes, et mettre en perspective les enjeux liés à la Vie Nocturne.

Des tables rondes lors desquelles seront abordés les sujets suivants :

  • Co-construire une politique de la vie nocturne, entre fantasmes et réalités : échanges sur les outils à créer pour la gouvernance de la vie nocturne
  • La nuit, vecteur d'attractivité, de solidarité et de diversité ? Échanges sur les enjeux économiques des territoires et le temps social partagé
  • Une nuit citoyenne et responsable : échanges sur les nécessités d'aménagement urbanistique et la notion de citoyenneté temporaire

Des ateliers thématiques :

  • Atelier sur la nouvelle réglementation sonore, présidé par AGI-SON
  • Atelier sur les dispositifs innovants en matière de préventions des conduites à risques et des populations vulnérables, présidé par le Collectif Culture Bar-Bars et les Brasseries Kronenbourg.

Des séances de speed meeting aura également lieu avec des experts internationaux, des chercheurs, des élus, des professionnels de tous horizons.

PROGRAMME DÉTAILLÉ & INSCRITPION

Crossroads : les rencontres professionnelles

mer, 09/06/2017 - 12:44

Les rencontres professionnelles de Crossroads sont organisées par le Patch et le RAOUL et auront lieu du 14 au 17 septembre à Roubaix. Elles s'inscrivent dans la promotion et la découverte des artistes européens émergents, et auront pour focus l'export et le développement d'artistes.

La journée du 15 septembre, consacrée aux développeurs d'artistes, s'inscrit dans le cadre du Tour de France des développeurs d'artistes qui se poursuivra à Lyon, Nantes et Montpellier en 2017 et 2018, puis à travers une rencontre nationale prévue à l'occasion des BIS 2018.

Programme du 15 septembre :

13H00 – Conférence | Contextualisation de la démarche nationale autour des développeurs

13h45 – Conférence | Les stratégies de développement à l'international

15h00 – Atelier | Les salons à l'international

15h00 – Atelier| Disque et live : les réalités des marchés européens

La journée du 16 septembre sera entièrement consacrée à l'export à l'international, à son cadre juridique et administratif ainsi qu'à certains dispositifs d'aides mobilisables.

Programme du 16 septembre :

14h00 – Conférence | Le rôle des bureaux export : pourquoi, pour qui ?

15H00 – Conférence | Conférence sur l'image

15h15 – Atelier | Quelles aides pour l'export à l'international ?

15h15 – Atelier | Se produire à l'étranger : questions administratives

INFOS & INSCRIPTION

Les majors de la musique ont enterré la crise du disque

mar, 09/05/2017 - 18:14

Trimestre après trimestre, la progression du chiffre d'affaires des majors de la musique grâce au streaming, et leur rentabilité accrue, ne se démentissent pas. La bonne relance du marché américain de la musique est manifeste dans les derniers résultats financiers qu'elles ont publiés. La croissance des marchés émergents aussi. L'Europe reste atone.

Les grises mines ne sont plus de mise dans les états-majors des grandes maisons de disques, qui enregistrent des résultats financiers à la hausse chaque trimestre. Les derniers chiffres publiés parlent d'eux-mêmes. Sony Music a vu son chiffre d'affaires progresser de 18,8 % sur un an au premier trimestre 2017. Les revenus d'Universal Music ont augmenté de 15,2 % au cours des six premiers mois de l'année ; et ceux de Warner Music de 13 % au deuxième trimestre.

Warner Music, qui enregistrait encore une perte nette de 9 millions dollars au deuxième trimestre 2016, s'offre le luxe de poster un bénéfice de 141 millions de dollars sur la même période cette année. Avec 917 millions de dollars de revenus, la plus petite des trois majors de la musique a réalisé son plus beau chiffre d'affaires trimestriel depuis 2003, en hausse de 41 % par rapport a celui réalisé sur la même période en 2012, après son rachat par Access Industries.

Rentabilité accrue

Ni Sony Music, ni Universal Music, filiales de grands groupes, ne publient leur résultat net. La croissance soutenue de leur chiffre d'affaires, cependant, se double de celle, nettement supérieure, de leur résultat opérationnel (+ 57,2 % au premier trimestre 2017 pour Sony Music) ou de leur EBITA [1] (+ 61,6 % au premier semestre pour Universal Music) ; ce qui traduit une rentabilité accrue de leurs opérations. Le même phénomène s'observe chez Warner Music, dont le résultat opérationnel a progressé de 40 % sur les neuf premiers mois de son exercice 2017, contre une croissance de son chiffre d'affaires de seulement 10,5 % sur la période.

La montée en puissance du streaming dans le modèle de business des majors est au cœur de cette transformation. Ses revenus ont progressé de 25 % chez Sony Music au premier trimestre 2017, de 58,6 % chez Warner Music au deuxième trimestre, et de 47,3 % chez Universal Music sur les six premiers mois de l'année. Sur ces mêmes périodes, il a pesé 38 % des revenus de Sony Music dans la musique enregistrée (hors publishing, merchandising, droits voisins, licences, etc.), 46,7 % de ceux de Warner Music, et près de 45 % de ceux d'Universal Music.

Quasi inexistant il y a dix ans, le streaming constitue désormais la principale source de revenus des majors de la musique. Grâce à lui, leurs ventes de musique enregistrée renouent nettement avec la croissance. Sa progression, en particulier celle du segment de l'abonnement, compense largement la baisse persistante des ventes physiques et un effondrement continu du téléchargement. Ce dernier ne pèse plus que 25 % du digital chez Sony Music au premier trimestre (contre 35 % un an plus tôt), 26 % chez Universal Music au premier semestre (36 % un an plus tôt), et moins de 20 % chez Warner Music au deuxième trimestre (environ 30 % un an plus tôt).

Le marché américain en pointe

Remarquablement, c'est aux États-Unis, où les ventes physiques ne sont plus que résiduelles, que les majors connaissent la plus forte croissance de leur chiffre d'affaires global. Au deuxième trimestre, Warner Music l'a vu croître de 22 % sur le territoire américain, contre un progression de 7 % à peine à l'international. Sur les six premiers mois de l'année, cette progression a été de 27,5 % pour Universal Music en Amérique du Nord, contre une croissance pratiquement atone en Europe (+ 2,2 %), et en recul sur celle enregistrée un an plus tôt sur la même période (+ 5,2 %). Sony Music ne détaille pas ses résultats par territoire.

Comme en Amérique du Nord, le numéro un mondial de la musique, Universal Music, a vu la progression de son chiffre d'affaires s'accélérer tout au long du premier semestre en Asie (+ 21,7 %), en Amérique latine (+ 21,1 %) et dans le reste du monde (+ 14,3 %), ce qui traduit la montée en puissance des marchés émergents. Dans ce contexte, les perspectives économiques des majors de la musique sont plutôt bonnes, au moins à court terme. Quelques nuages pointent malgré tout à l'horizon. La progression du marché américain du streaming peut très vite atteindre un palier. La croissance des marchés émergents repose sur un ARPU moindre (revenu moyen par utilisateur). Et l'Europe peine encore à transformer l'essai de la transition numérique, probablement en raison d'une forte résilience du marché physique.

Philippe Astor

[1] Revenus avant impôts, taxes et amortissements

Concours, tremplins, appels à candidatures…

mar, 09/05/2017 - 16:24

Musiciens et artistes, préparez les prochains concours, tremplins et appels à projets pour développer votre carrière.

Tremplin Blues de Traverse
Date limite de dépôt : 13 octobre 2017
Ouvert aux groupes de blues de Normandie et de Picardie




Tremplin Jeunes Aventuriers
Date limite de dépôt : 15 septembre 2017
Ouvert aux artistes ou groupes ayant effectué au moins quatre concerts en conditions professionnelles entre début septembre 2016 et fin juin 2017




Buzz Booster
Date limite de dépôt : du 22 au 30 septembre 2017 (selon la région)
Ouvert aux artistes ou groupes de rap




L'Ampli Ouest-France
Date limite de dépôt : 13 octobre 2017
Ouvert aux artistes ou groupes de musiques électronique, de rap, de rock, de pop, de chanson, de métal, de jazz ou de musiques du monde non signés par un label




L'Afro Pépites Show
Date limite de dépôt : 30 septembre 2017
Ouvert aux musiciens d'Afrique, des Caraïbes, du Vénézuéla, du Brésil, de Colombie, d'Haïti, de la Jamaïque, de Cuba ou à tout autre musicien inspiré par l'Afrique



{{Date limite de dépôt : 14 septembre 2017}}
Ouvert aux artistes ou groupes de toutes musiques actuelles




[Tremplin Meuh Folle->http://www.meuhfolle.com/tremplin.html' class='spip_out'>L'Etoile espoir de la musique

Date limite de dépôt : 22 septembre 2017
Ouvert aux artistes et groupes de la région Occitanie




Bourse de compagnonnage FAMDT/Adami
Date limite de dépôt : Mi-octobre 2017
Ouvert aux artistes ou groupes professionnels en musiques traditionnelles et du monde




RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Jirafe des musiques actuelles 2017

lun, 09/04/2017 - 12:34

La Jirafe - Journées de l'information, de la répétition, de l'accompagnement, de la formation et de l'enseignement à destination des artistes amateurs ou en voie de professionnalisation - se déroulera les 14 et 15 septembre à Paris (FGO-Barbara).

Cet évènement gratuit a pour objectif de renseigner les artistes amateurs ou en voie de professionnalisation sur les différentes structures, services et dispositifs parisiens pouvant les accompagner dans la pratique de leur musique ou le développement de leur projet artistique. Au programme : ateliers, conférences, rencontres professionnelles et speed-meetings avec des structures et professionnels du secteur musical.

L'IRMA sera présent à la Jirafe à travers :
  • la tenue d'un stand info-conseil (vendredi 15)
  • l'organisation et la modération de la conférence Les nouveaux prescripteurs du net : des playlists à la curation (vendredi 15)
PROGRAMME

JEUDI 14 SEPTEMBRE - de 18h à 22h30

CONFERENCES :

  • [18h-20h] "Focus sur l'éditeur, droits d'auteur / synchro", présentée par SDV - Le Studio des Variétés
  • [20h30-22h30] "La place de l'artiste dans l'éducation artistique et l'action culturelle", présentée par Acp La Manufacture Chanson

VENDREDI 15 SEPTEMBRE - de 10h à 19h

ATELIERS [11h-19h] Préinscriptions à partir du 4 septembre.

Pratiquer sa musique :

  • "Atelier écriture rap", animé par le rappeur KoHndo, Ecole ATLA
  • "Vocal training", animé par Cokie Demaia, Acp La Manufacture Chanson

Préparer la scène :

  • "Coaching musical pour la scène", animé par Bertrand Louis, Acp La Manufacture Chanson
  • "Consolider son projet artistique dans la dimension musicale et technique", animé par Laurent Colombani, Ecole ATLA
  • "Master Class pédagogique de la gestion du son sur scène", animé par le RIF - Réseaux en Ile-de-France

Structurer son projet artistique :

  • "Convaincre un programmateur : à quel moment le booker peut prendre le relais de l'artiste ?", animé par Benjamin Lévy, Ecole ATLA
  • "Informer et démarcher le réseau pro", animé par Sophie Bellet et Olivier Bas, SDV - Le Studio des Variétés
  • "Savoir organiser ses données pour faciliter sa distribution, sa diffusion et sa gestion de droits", animé par Jérôme Pons, Music Won't Stop
  • "Starter Pack : structurer et promouvoir son projet musical", animé par Justine Noël et Cédric Pouiol, Centre Paris Anim' René Goscinny
  • "Mettre en place une stratégie de diffusion pour son projet", animé par Sophie Bellet et Olivier Bas, SDV - Le Studio des Variétés
  • "La réalité économique du Do It Yourself - L'artiste doit-il devenir un entrepreneur ?", animé par Laurent Bodin, IDeal Rights

Optimiser sa communication :

  • "Concevoir sa note d'intention", animé par Geneviève Nancy ou Agnès Magraff, Philharmonie de Paris
  • "Réussir sa campagne de crowdfunding", animé par Aline Texier, Adone Productions et Léo Fremaux, Ulule
  • "Rédiger sa biographie", animé par Elodie Mermoz, Street-Team Laboculture
  • "Comment gérer vos relations presse ?", animé par Serge Beyer et Bastien Brun, Longueur d'Ondes

SPEED-MEETING [14h30-16h30]
Le speed-meeting de la JIRAFE est l'opportunité pour les artistes de présenter leur projet en situation réelle devant des programmateurs, managers, producteurs, éditeurs et journalistes.
Préinscriptions : Présentation du projet et liens d'écoute à envoyer à coordination@reseau-map.fr jusqu'au 10 septembre.

CONFERENCE :

  • [17h-19h] "Les nouveaux prescripteurs du net : des playlists à la curation", présentée par l'IRMA - Information et ressources pour les musiques actuelles

Entrée libre
Jeudi 14 septembre 2017, de 18h à 22h30
Vendredi 15 septembre 2017, de 10h à 19h
FGO-Barbara, 1 rue Fleury Paris, 18ème

PLUS D'INFOS

Veille d'actualités - Semaine 35

ven, 09/01/2017 - 11:21

Cette semaine : festivals et harcèlement sexuel, monétisation des bootlegs, croissance de l'emploi d'intermittents, baisse des contrats aidés, CAC Georges Brassens en difficulté, European Festival Market Report 2017, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Le harcèlement sexuel, véritable fléau des festivals de musique

Insultes, attouchements… En festival, la fête vire parfois au cauchemar pour les femmes. Cet été, le nombre de témoignages et des plaintes a explosé, obligeant partout en Europe les organisateurs à chercher des solutions.


Sony Music devient le premier label à monétiser les remixes, edits et bootlegs illégaux

Sony Music Entertainment est désormais en partenariat avec Dubset, une start-up de levée de droits, afin de devenir le premier label à permettre à ses détenteurs de droits de gagner de l'argent sur des remixes non-officiels.


Augmentation de 3,3% du nombre de salariés intermittents du spectacle en 2016

En 2016, l'emploi des intermittents du spectacle concerne 262000 salariés et génère 2,3 milliards d'euros de masse salariale pour un total de 103 millions d'heures travaillées. 111000 employeurs relèvent du champ d'application des annexes 8 et 10 de l'Assurance chômage.


1951-2017 : Le CAC G. Brassens condamné par la ville

Le Conseil d'administration de l'association CAC Georges Brassens "s'indigne de la décision de la mairie de Mantes-la-Jolie" de ne pas renouveler la convention qui les lie et qui risque d'entraîner la liquidation de l'association.


L'UDES‏ alerte le gouvernement sur les conséquences éco et sociales de la baisse des contrats aidés pour les associations

L'UDES interpelle le Premier ministre sur la réduction des contrats aidés annoncée par le gouvernement qui aurait "de graves conséquences" sur l'activité et les finances d'un certain nombre d'associations et d'entreprises de l'économie sociale et solidaire.

En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Diagnostic filière et concertations en Normandie

jeu, 08/31/2017 - 17:14

Suite à la fusion des régions, l'État et la Région Normandie ont souhaité qu'un état des lieux sur la filière musiques actuelles et son écosystème en Normandie soit mené en amont de l'appel à projets lancé cet été dans le cadre d'une convention avec le CNV. Prochaine étape, la mise en place de concertations territoriales.

Ce Diagnostic filière musiques actuelles en Normandie 2016, coordonné par le FAR, a été mené sous forme d'enquête auprès de 264 structures repérées (148 structures ont répondu, soit 56%) et concerne les acteurs portant un/des projet(s) relevant du champ des musiques actuelles (hors artistes).

Il révèle un ensemble d'enseignements sur la structuration et l'activité des acteurs :

  • Le nombre moyen d'années d'existence des structures interrogées est de 17 ans. Près de 59% d'entre elles ont plus de 10 ans d'existence.
  • Les structures de droit privé non lucratif (associations) représentent 66.9% du panel (22.5% pour les structures de droit public).
  • Plus de la moitié des répondants possèdent une licence d'entrepreneur de spectacles, avec une prédominance pour les licences 2 et 3. Ces chiffres témoignent ainsi de « l'importance du nombre de structures dont l'activité est directement liée à l'organisation de spectacles, sans pour autant posséder systématiquement un lieu de diffusion ».
  • Près de 53% s'inscrivent dans une logique de réseau à l'échelle régionale et/ou nationale.
  • 43.75% des structures sont dédiées aux musiques actuelles, et 56.25% sont pluridisciplinaires.
  • Les activités de diffusion / création, d'action culturelle et d'accompagnement sont prépondérantes.
  • Les structures étudiées embauchent 192 salariés (équivalent de 167 emplois temps plein) et 798 personnes sous le régime de l'intermittence (pour un équivalent de 49 emplois temps plein).
  • Données budgétaires (49 entités dédiées aux musiques actuelles répondantes) : la somme des charges est égale à 22,5 M€ (30% des charges globales sont des charges de personnel ; la somme des produits avoisine les 22 M€ (dont 30% sont des subventions) et près de 47% des acteurs ont bénéficié d'aides privées.

Suite à ce diagnostic, a été lancé l'appel à projets Développement stratégique des entreprises de production musiques actuelles et variétés dans le cadre de la convention de partenariat entre la Région Normandie, le département de l'Orne, le CNV et l'Etat/DRAC Normandie (fonds commun de 60 000 €).

À l'heure de la rentrée, la filière musicale normande s'engage désormais sur la mise en place de concertations territoriales (programme à venir) dont Jean Claude Lemenuel et Bénédicte Le Pennec (Le FAR) nous indiquent les enjeux :

Jean Claude Lemenuel et Bénédicte Le Pennec
Directeur et chargée d'accompagnement du FAR

« Pour cette nouvelle saison, les principaux enjeux seront, dans un premier temps, de poursuivre le travail d'inter-connaissance des acteurs d'une Normandie nouvellement recomposée.
Les groupes de travail qui vont se tenir sur l'ensemble du territoire régional, dans le cadre de la concertation menée par RMAN, devraient permettre de ne pas minorer cette étape cruciale pour l'avenir du secteur en Région. Cela représente 14 réunions sur le territoire normand qui se dérouleront entre septembre et novembre et concerneront 7 bassins de vie.

Parallèlement à cela, l'objectif sera de consolider et d'équilibrer le déploiement des acteurs de l'ensemble de la filière régionale, notamment ceux directement en lien avec le développement et la production d'artistes. Il s'agit d'ailleurs de l'axe prioritaire sur lequel porte le nouvel appel à projets CNV/Région/Etat/Département de l'Orne.

Enfin, la réflexion déjà en cours sur les nouvelles formes de soutien et d'accompagnement de la scène locale va se poursuivre et devrait aboutir, d'ici le printemps 2018, à la création d'un nouveau dispositif régional en phase avec les besoins actuels des artistes.
Ce travail co-porté par RMAN et Le FAR fera aussi l'objet de temps d'échange spécifiques associant structures locales d'accompagnement, de développement et artistes. »

, ainsi que Jean-Christophe Aplincourt (106 / RMAN)

Jean-Christophe Aplincourt
Directeur du 106 et président du RMAN

« À l'échelle d'une Région encore nouvelle, le travail d'inter-connaissance est encore à augmenter et l'enjeu est de définir un nouvel intérêt général. Pour cela, il faut savoir vers où l'on souhaite aller.
La question des droits culturels et de la diversité est à aborder. L'accompagnement des pratiques musicales en région est aussi un chantier déterminant.

Par ailleurs, mais ce n'est pas un fait spécifiquement régional, ce que l'on appelle aujourd'hui « musiques actuelles » est devenu un champ plus porteur au niveau économique. Il est devenu l'objet de contradictions finalement assez classiques. La question principale est donc : quelles orientations choisissent les acteurs subventionnés et les politiques publiques pour corriger ces effets au profit de l'équité territoriale et de l'émancipation des populations ? »

Avis du Conseil constitutionnel sur l'extension de la licence légale aux webradios

jeu, 08/31/2017 - 17:13

Saisi par le Conseil d'État d'une question prioritaire de constitutionnalité posée par la SCPP et la SPPF portant sur l'extension de la licence légale aux webradios (résultant de la loi CAP du 7 juillet 2016), le Conseil constitutionnel a écarté les griefs adressés et confirmé que cette extension était conforme à la constitution.

La rémunération équitable est une licence légale qui permet aux radios, depuis la loi de 1985 sur les droits voisins, de diffuser librement de la musique contre le paiement d'une redevance dont la moitié est reversée aux artistes et l'autre aux producteurs.
La loi relative à la liberté de la création, à l'architecture et au patrimoine du 7 juillet 2016 a instauré l'extension du régime de rémunération équitable aux services de radio par internet, les webradios devant jusque-là faire une demande d'autorisation auprès de chaque producteur pour la diffusion de leurs enregistrements (les clés de répartition étant à l'avantage des producteurs).

Cette extension est depuis contestée par les sociétés civiles de producteurs phonographiques qui avaient déposé, via le Conseil d'État, une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). La SCPP et la SPPF estimaient que cette disposition "priverait les producteurs et les artistes-interprètes de la possibilité de s'opposer à la diffusion d'un phonogramme sur certains services de radio par internet, et porteraient une atteinte disproportionnée au droit de propriété". Les sociétés de producteurs soutenaient également que l'extension "emportait des atteintes à la liberté contractuelle et à la liberté d'entreprendre, dès lors que les producteurs de phonogrammes et les artistes-interprètes étaient empêchés de déterminer et de négocier le montant de leur rémunération".

Estimant que l'extension du régime de licence légale n'avait qu'un effet limité, que les modalités d'offre et de diffusion des webradios sont "comparables à celles de la radiodiffusion hertzienne", et que le barème et les modalités de versement sont établis par accords spécifiques ou par une commission paritaire, le Conseil constitutionnel a écarté les griefs adressés aux dispositions contestées par une décision du 4 août.

Les sociétés d'artistes - Adami et Spedidam - se sont félicitées de cet avis qui permettra désormais "un partage équitable des droits entre tous les artistes et les producteurs, quel que soit le vecteur technique de radiodiffusion".

PLUS D'INFOS

Signature du contrat de filière Musiques actuelles et variétés en Nouvelle-Aquitaine

mer, 08/30/2017 - 12:33

Après s'être doté d'un contrat de filière pour le livre et pour le cinéma, la Région Nouvelle-Aquitaine signera le 1er septembre avec l'État (DRAC), le CNV et le RIM un Contrat de filière Musiques actuelles et de variétés permettant de poursuivre le travail de conventionnement déjà établi depuis 2015 avec les anciennes Régions.

L'État (DRAC Nouvelle-Aquitaine), le CNV, la région Nouvelle-Aquitaine et le RIM (Réseau indépendant de la musique en Nouvelle-Aquitaine) ont décidé de se retrouver au sein de ce contrat afin de "répondre ensemble aux enjeux de l'écosystème musical" et de "déterminer les conditions pour soutenir et développer la filière régionale des musiques actuelles et des variétés".

Validé par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine le 13 février et par le conseil d'administration du CNV le 15 mars, cette nouvelle convention 2017-2019 est dotée de 240 000 € provenant de la Région (110 000 €), du CNV (110 000 €) et de l'État (20 000 €).

La signature de ce Contrat de filière en Nouvelle-Aquitaine aura lieu le vendredi 1er septembre, de 17h30 à 18h30 à l'Atabal (Biarritz), en présence de :

  • Françoise Nyssen, Ministre de la Culture,
  • Alain Rousset, Président de la région Nouvelle-Aquitaine,
  • Gilles Petit, Président du CNV ou Philippe Nicolas, Directeur du CNV,
  • Florent Teulé, Directeur du RIM,
  • Philippe Couderc, Président de la Félin - Fédération Nationale des Labels Indépendants,
  • Michel Veunac, Maire de Biarritz,
  • Sylvie Claracq, Présidente de l'Atabal,
  • François Maton, Directeur de l'Atabal,
  • Yann Chevalier, Directeur de la SMAC Confort Moderne à Poitiers,
  • Jeanne Boulart, Directrice du Collectif Moï Moï

Ce contrat de filière a pour ambition de répondre aux problématiques des acteurs du territoire en instaurant un dialogue pérenne avec les professionnels et en les accompagnant dans les mutations qu'ils rencontrent. Il vise également à explorer de nouveaux partenariats susceptibles d'être associés au présent contrat.
Les dispositif d'accompagnement issus de ce contrat de filière sont co-construits sur la base d'un diagnostic partagé par les partenaires.

Ils ont pour objectifs :

  • d'encourager l'adaptation aux enjeux numériques et environnementaux,
  • d'accompagner les mutations professionnelles et l'évolution des compétences,
  • de susciter la coopération entre les acteurs de la filière des musiques actuelles pour créer des dynamiques artistiques et territoriales,
  • d'impulser l'évolution des modèles économiques,
  • de repenser les modèles de gouvernance et la relation aux personnes dans une perspective de diversité culturelle et du respect des droits culturels des personnes.
INSCRIPTION & INFORMATIONS

Pages